Autoroutes Paris-Rhin-Rhône : les tarifs des péages augmentent

Le péage Dijon - Crimolois APRR / © APRR
Le péage Dijon - Crimolois APRR / © APRR

Les tarifs des péages d'autoroutes pour les voitures particulières augmentent à partir du 1er février 2018. Cela concerne notamment les  usagers des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR).

Par B.L.

Que représente le réseau APRR en Bourgogne ?


APRR, filiale d'Eiffage, est le 4e groupe autoroutier en Europe.

Le réseau APRR comprend plusieurs autoroutes qui traversent la Bourgogne :

axe Paris-Lyon
-l’A6 Paris – Lyon et l’A31 Beaune – Toul:
-l’ A39 Dijon – Bourg-en-Bresse

axe Bourgogne-Europe du Nord :
l’A31 Beaune – Toul
l’A36 Beaune – Mulhouse

axe Rhônalpin
l’A40 Mâcon – Bellegarde


Plusieurs associations de défense de consommateurs dénoncent les hausses annuelles des tarifs d'autoroutes / © APRR
Plusieurs associations de défense de consommateurs dénoncent les hausses annuelles des tarifs d'autoroutes / © APRR


Comment s'explique la hausse des tarifs des péages ?


Selon les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, la hausse des tarifs des péages en 2018 s’explique "pour une large part par la reprise de l’inflation et pour plus d’un tiers par la répercussion de mesures fiscales imposées par l’État (redevance domaniale en l’occurrence). La redevance domaniale est une taxe versée à l’État par les sociétés concessionnaires d’autoroutes pour l’occupation du domaine public".

La hausse de 2 % se structure de la manière suivante, déclare APRR :

- 0,76 % → répercussion de la hausse de la redevance domaniale prélevée par l’État
- 0,87 % → 85 % du taux d’inflation (hors tabac) constaté en octobre 2017 (1,0262 %)
- 0,37 % → investissements supplémentaires, hors contrat de concession (contrats de plan), demandés par l’État




Que prévoit le nouveau plan d’investissement autoroutier ?


Plusieurs associations de défense de consommateurs et des représentants de transporteurs routiers dénoncent ces hausses de tarifs. "On les sent très protégés, très à l'aise et on sent un Etat qui n'est pas du tout disposé à entrer dans un bras de fer", estime Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, pour qui ces augmentations sont "une aberration". 

Quant à la question de savoir si les automobilistes seuls doivent payer les investissements autoroutiers, l’association 60 millions de consommateurs rappelle que l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) a publié le 19 juin dernier un avis critique sur les investissements du plan autoroutier de janvier 2017.

Le reportage d’Elsa Bezin, Dalila Iberrakene, Cédric Torelli et Rachel Nectoux avec
-Julien Michel, gérant d'une entreprise de transport
-Angelo Lameiras, société d'ambulance
-Jean-Louis Humbert, chef d'entreprise

A lire aussi

Sur le même sujet

Mont Beuvray : la traversée du désert pour les socialistes

Les + Lus