Festival du film policier de Beaune : qui sont les gagnants des prix littéraires ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Patricia Marty

Le Festival du film policier de Beaune, qui se tient du mercredi 30 mars au dimanche 3 avril 2016, attribue des prix littéraires dans deux catégories : le Grand prix du roman noir français et le Grand prix du roman noir étranger. Les romans primés ont été choisis.

Depuis 2009, Le Festival du film policier de Beaune réuni dans son "cercle rouge" des personnalités du cinéma et de la littérature, amateurs éclairés du roman noir. Ils accompagnent le festival tout au long de ses éditions et ont pour mission d’attribuer deux prix littéraires aux meilleurs romans noirs français et étranger.

Le Cercle rouge est composé de :
  • Cécile Chabrol Maistre, scénariste
  • Laurent Chalumeau, écrivain, scénariste & parolier
  • Benoît Cohen, scénariste & réalisateur
  • Antoine de Caunes, journaliste, scénariste, réalisateur & comédien
  • Jean Hernandez, distributeur de films
  • Pierre Jolivet, scénariste & réalisateur
  • Pierre Lescure, président du Festival de Cannes
  • Joëlle Losfeld, éditrice
  • Olivier Marchal, scénariste, réalisateur & comédien
  • Claude Mesplède, critique & historien spécialiste du genre policier
  • Frédéric Schoendoerffer, scénariste & réalisateur

Le Grand Prix du roman noir français


Pour la 8e édition du Festival du film policier de Beaune, le Cercle rouge attribue le Grand Prix du roman noir français à Dominique Manotti pour son roman Or noir.

"Marseille, 1973. Le commissaire Daquin, vingt-sept ans à peine, prend son premier poste au commissariat de l’Évêché, et découvre une ville ensanglantée par les règlements de comptes qui accompagnent la liquidation de la French Connection, des services de police en guerre larvée les uns contre les autres, et la prolifération de réseaux semi-clandestins comme le SAC ou la franc-maçonnerie. Il enquête sur l’assassinat d’un ancien caïd de la drogue et de son associé, un vétéran des services secrets, tous les deux reconvertis dans les affaires ; assiste à la naissance mouvementée d’un nouveau marché des produits pétroliers, à l’ascension fulgurante des traders assoiffés d'argent frais qui le mettent en œuvre ; et constate que les requins les plus dangereux ne sont pas ceux que l’on croit..."



Le Grand Prix du roman noir étranger


Cette année, le Grand Prix du roman noir étranger est attribué à Boris Quercia pour son roman Tant de chiens.

"Encore une mauvaise période pour Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili. Son partenaire Jiménez vient de mourir au cours d’une fusillade avec des narcotrafiquants. Pire encore, le défunt semble avoir été mêlé à des histoires peu claires, et il avait les Affaires internes sur le dos. Il était également lié à une "association de divulgation philosophique" aux allures de secte, la Nouvelle Lumière. Interrogé par les Affaires internes, Santiago a du mal à croire ce qu’on lui dit de Jiménez. En se rendant à la Nouvelle Lumière, par curiosité autant que par désœuvrement, il tombe sur la jeune Yesenia, qu’il connaît bien. Tous deux ont grandi dans le même quartier, puis leurs chemins se sont séparés. Entretemps, Yesenia a connu l’enfer : elle raconte à Santiago avoir été séquestrée et violée par son beau-père. Depuis, elle ne vit plus que pour une seule chose, et elle va demander à Santiago de l’aider au nom de leur amitié passée : il s’agit d’abattre son bourreau..."