• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bitcoin: le Bourguignon Mark Karpelès fait appel de sa condamnation au Japon

Mark Karpelès, originaire de Chenôve, en Côte-d’Or, est l’ex-patron de la plateforme d'échange de monnaie virtuelle bitcoin MtGox. / © QUENTIN TYBERGHIEN / AFP
Mark Karpelès, originaire de Chenôve, en Côte-d’Or, est l’ex-patron de la plateforme d'échange de monnaie virtuelle bitcoin MtGox. / © QUENTIN TYBERGHIEN / AFP

Mark Karpelès, originaire de Chenôve, en Côte-d’Or, est l’ex-patron de la plateforme d'échange de monnaie virtuelle bitcoin MtGox. Il avait été condamné pour manipulation de données à deux ans et demi de prison avec sursis par le tribunal de Tokyo vendredi 15 mars 2019.
 

Par B.L.

Mark Karpelès, jeune geek aujourd'hui âgé de 33 ans, vit au Japon depuis 2009.
Il était devenu patron de Mt. Gox, la plus grande Bourse de monnaie virtuelle au monde qui a fait faillite en 2014. Des accusations avaient alors émergé en marge d'une enquête sur la disparition soudaine de centaines de milliers de bitcoin.


Mark Karpelès avait été arrêté en août 2015. Selon lui, MtGox avait été victime d'une attaque informatique, ce que des investigations distinctes à l'étranger tendent à confirmer. Tout au long de la procédure, Mark Karpelès s'est dit innocent sur tous les plans.

Après plus d'un an et demi de procès, le tribunal de Tokyo a condamné Mark Karpelès à deux ans et demi de prison avec sursis le 15 mars 2019. Selon le juge, le jeune chef d’entreprise aurait créé artificiellement des bitcoins pour assainir les comptes de MtGox après avoir constaté des incohérences.

"Mark Karpelès a été reconnu coupable de manipulation de données électroniques mais, lui, pense qu'il est innocent. C’est la raison pour laquelle il conteste la décision de première instance", déclare son conseil Kiichi Iino.

Le verdict semblait pourtant clément dans la mesure où le procureur avait réclamé dix ans de prison ferme. "La façon dont M. Karpelès a procédé est extrêmement vicieuse et il a totalement anéanti la confiance dans la Bourse d'échange", avait-il dit.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

General Electric : l’intersyndicale dépose une plainte sur l’état psychologique des salariés de Belfort

Les + Lus