Côte-d'Or : des collégiens rendent hommage à l’écrivain Louis Calaferte

Homme de lettres et peintre, Louis Calaferte a vécu les 20 dernières années de sa vie à Blaisy-Bas, en Côte-d'Or. Des collégiens de Côte-d'Or lui rendent hommage avec la complicité d'une compagnie de théâtre.

Au collège de Sombernon, 80 élèves de troisième ont découvert l'écrivain Louis Calaferte, qui a vécu les 20 dernières années de sa vie à Blaisy-Bas, en Côte-d'Or.
Au collège de Sombernon, 80 élèves de troisième ont découvert l'écrivain Louis Calaferte, qui a vécu les 20 dernières années de sa vie à Blaisy-Bas, en Côte-d'Or.

Septentrion, La Mécanique des femmes, Droit de cité, Requiem des innocents…
Louis Calaferte a écrit de nombreux récits, pièces de théâtre, essais, poèmes… Il fait partie des auteurs français les plus édités et figure même au répertoire de la Comédie Française.


durée de la vidéo: 02 min 09
Des collégiens rendent hommage à l’écrivain Louis Calaferte
Reportage : Maryline Barate et Isabelle Rivierre
Prise de son : Yoann Danjou / Montage : Rachel Nectoux
Intervenants :
Louis Calaferte est mort à 66 ans à Dijon. Mais, 21 ans après sa disparition, il vit toujours dans les mémoires.
Des élèves du collège de Sombernon ont découvert des extraits de "C'est la guerre!", le dernier livre écrit par l’auteur en 1993.
Dans cet ouvrage, Louis Calaferte, qui avait 11 ans pendant l'Occupation, raconte la guerre vue par un enfant.

A partir de ce récit, les collégiens de troisième ont créé une pièce de théâtre et des oeuvres d'arts plastiques. Ils ont travaillé avec les comédiens de la compagnie du Rocher des Doms, installée à Talant.
L’écriture à la fois violente et truculente de l’écrivain, qui était aussi un plasticien hors-normes, a séduit les élèves, même ceux qui ne sont pas de grands lecteurs.

Une coulée d’êtres vivants.
Des voitures accidentées.
Des troupes d’enfants que personne n’accompagne plus.
Des voitures abandonnées.
Le désordre.
La peur.
La panique.
La peur.
La panique.
La peur.
La panique.



Entretien le 17 octobre 1992 avec Louis Calaferte dans sa maison de Bourgogne, à propos de son livre "Droit de cité" (aux éditions Manya).
Il parle de la société, de la nécessité de l'indignation et de son admiration pour le peuple français.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture éducation théâtre