Covid-19. Nouvelles interdictions de manger dans les cinémas, bars et cafés : "un moindre mal", pour les patrons d'établissements

Publié le
Écrit par Auberi Verne

Lundi 28 décembre, le Premier ministre Jean Castex annonçait l'interdiction de manger dans les cinémas, et de consommer debout dans les cafés et bars dès le 3 janvier. À Dijon, les patrons des établissements se résignent.

Nouvelle interdiction pour les établissements recevant du public. Lundi 28 décembre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu'il sera interdit de manger ou de boire dans les salles de cinéma à compter du 3 janvier, pour une durée de trois semaines. Dans les bars et cafés, c'est la consommation debout qui sera proscrite.

À Dijon et dans son agglomération, les commerçants concernés par ces mesures semblent résignés à l'idée d'adapter à nouveau le protocole sanitaire.

"On s'attendait à pire"

S'il a du mal à comprendre la décision du Gouvernement, Pascal Vanin, directeur du cinéma Cap vert à Quetigny, l'accepte cependant sans ciller.

"La vente de nourriture et de boissons est importante d'un point de vue économique, on aura forcément une perte", indique-t-il. "Mais ça intervient dans une période qui n'est pas la plus forte, donc la perte sera moindre. On s'attendait à pire, ne serait-ce qu'un couvre-feu ou des jauges à nouveau, donc c'est un moindre mal."

Je suis le protocole comme tout patron et client d’établissement, mais on en a tous un peu marre.

Fabrice Gérard, gérant de "L'industrie"

Du côté des bars et cafés, c'est aussi l'incompréhension qui prime. Fabrice Gérard, gérant du café-restaurant "L'industrie", exprime son ras-le-bol de devoir modifier régulièrement le protocole à suivre.

"Ça m'agace un peu parce que les mesures changent régulièrement. Debout, assis, je ne vois pas trop la différence. Là, on va pouvoir consommer assis au bar, mais pas debout. Je suis le protocole comme tout patron et client d’établissement, mais on en a tous un petit peu marre."

C'est un constat, les gens se sont habitués à ne plus être au comptoir.

Jannick Lombard, gérant de "La Comédie"

Pour Jannick Lombard, gérant de "La Comédie", cette mesure va définitivement décourager la clientèle de s'installer aux comptoirs.

"On a vu pendant ces quelques mois que les clients restaient quand même assis", déplore-t-il. "C’est un constat, les gens se sont habitués à ne plus être au comptoir. La Comédie, c’est vraiment une affaire ancienne, on a des gens qui viennent depuis 25-30 ans boire leur café. Maintenant, ils ne demandent même plus s'ils peuvent s'installer au bar. À mon avis, on a perdu une certaine clientèle."

S'ils sont les principaux touchés, cinémas, bars et cafés ne sont pas les seuls où les interdictions vont prendre effet. Il sera également interdit de manger dans les trains, là encore à partir du 3 janvier.