Côte-d'Or : Blanche, la fille du chef Bernard Loiseau, reprend le tablier de son père à Saulieu

Publié le Mis à jour le
Écrit par AG avec Elsa Bezin

Blanche Loiseau, la fille de Bernard, est de retour au nid, derrière les fourneaux, au restaurant familial de Saulieu (Côte-d'Or). Portrait.

Elle a pris le temps de voyager avant de revenir à ses racines. Dans la lignée de Bernard Loiseau, la plus jeune fille, Blanche, 25 ans, est aussi aux fourneaux, au restaurant emblématique de son père à Saulieu. 

Formée par Patrick Bertron, le chef exécutif du groupe Bernard Loiseau... Quoi de mieux, pour commencer, qu'apprendre à cuisiner la jambonnette de grenouilles à la purée d'ail et au jus de persil, le plat qui a fait la renommée de Bernard Loiseau dans les années 1980 ? 

"Un passage de flambeau que je n'ai pas pu avoir avec mon papa" 

"C'est un peu un passage de flambeau que je n'ai pas pu avoir avec mon papa directement, témoigne Blanche. Et Patrick est vraiment le gardien de cet héritage. Il me le transmet tous les jours ici." 

Pour Patrick Bertron, qui la forme au restaurant, c'est un honneur d'accomplir cette mission : "me retrouver moi dans cette cuisine avec quelqu'un qui porte le nom Loiseau... ça me fait me dire que je ne suis pas resté là pour rien". 

20 ans de travail avec le père, seulement quelques mois avec la fille... mais déjà des ressemblances troublantes : "Je ne sais pas s'il y a encore la patte de son papa dans son travail mais dans le comportement, dans la façon d'être en cuisine... il y a tout son père : cette force de caractère, cette envie, cette générosité, cette joie aussi". 

"Je suis très heureuse, les équipes sont top, on s'y sent bien. C'est vrai que c'était mon terrain de jeu toute petite, se remémore Blanche. Je courrais là, j'étais avec les rollers et je faisais mes devoirs sur la petite table de la cuisine... Là, je passe de l'autre côté du rideau et c'est chouette"

"C'est super de voir que ça reste dans les mains de la famille"

Et les clients se réjouissent de voir à nouveau du Loiseau dans les assiettes."C'est très bien, et d'avoir en plus une femme cheffe. De voir qu'elle reprend le flambeau familial c'est quand même impressionnant... c'est un beau nom", reconnait un client à attablé. On appelle ça... une belle histoire : "C'est super de voir que ça reste dans les mains de la famille et que ça va continuer comme ça pour les années à venir". 

Le goût de l'excellence 

Bercée par la cuisine depuis toute jeune, Blanche a fait ses armes dans les plus grandes maisons en France et à l'étranger comme au Japon, avant de revenir aux sources dans la maison familiale de Saulieu. 

"Beaucoup de clients ont passé la porte de la cuisine pour dire bonjour. C'est vrai que c'est assez.. c'est une chose à laquelle je ne m'étais pas préparée", se confie-t-elle à sa mère, avec émotion. 

"C'est inimaginable, c'est ce qui pouvait nous arriver de mieux. Je n'aurais même pas osé le souhaiter", admet Dominique Loiseau, présidente du groupe Bernard Loiseau et épouse de Bernard Loiseau, décédé le 24 février 2003. 

Bernard Loiseau imaginait sa cuisine en arpentant les terres du Morvan, parfois seul et souvent avec Blanche, qui marche aujourd’hui sur ses traces : “c’est un endroit que j’aime beaucoup, c’est un petit bout de chemin bordé de noisetiers où on allait cueillir les noisettes quand j’étais petite. On allait aussi souvent à la cascade. A l’époque, il y avait encore quelques écrevisses qu’on allait pêcher". Blanche ressent "comme un besoin physique d’être là.” 

Aujourd’hui, Blanche Loiseau veut prendre son envol : “reprendre le restaurant, être la cheffe, que tout se passe bien. On est en famille avec ma soeur, maman, ça c’est la plus belle des choses”. 

A Saulieu, l’histoire de la gastronomie continue de s’écrire grâce à la nouvelle génération Loiseau, entre héritage et modernité. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité