• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon-Genlis : pourquoi la campagne de vaccination contre la méningite n’a pas bien marché ?

Une vaste campagne de vaccination avait déjà été organisée sur le campus de Dijon début 2017. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Une vaste campagne de vaccination avait déjà été organisée sur le campus de Dijon début 2017. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Suite à plusieurs cas de méningite, dont certains mortels, une nouvelle campagne de vaccination a été menée pendant plusieurs mois dans 153 communes de Côte-d'Or, dont Dijon et Genlis. Mais, les résultats sont décevants : sur les 40 000 jeunes visés, à peine 25% se sont fait vacciner.
 

Par B.L.


Une campagne de vaccination contre le méningocoque W a été menée du 1er octobre 2018 au 29 mars 2019 dans une partie de la Côte-d'Or.

Elle visait les jeunes de 17 à 24 ans résidant, étudiant ou travaillant dans les bassins de vie de Dijon et Genlis, en Côte-d’Or, soit 153 communes.  L’objectif était de protéger les jeunes individuellement et de stopper la circulation de la bactérie dans la population.

 

 

Le bilan tiré au bout de six mois est décevant.

Sur les 40 000 jeunes adultes visés, seulement 25,5 % se sont fait vacciner chez leur médecin ou dans un centre de vaccination (au CHU et sur le campus).


"Je ne me sens pas concernée. Je n’ai pas eu de cas de méningite dans mon entourage, je n’ai pas eu peur", explique l’une des jeunes interviewées par France 3 Bourgogne. "Je n’ai pas eu le temps et pas forcément envie", dit un autre.

 

Le reportage d’Anne Berger, Dalila Iberrakene, Emmanuel Picaut et Pascal Rondi avec :
-Dr Michel Duong, Centre départemental de vaccination. Service des maladies infectieuses du CHU de Dijon
-des jeunes
-Olivier Obrecht, directeur général adjoint de l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté



Ces réactions ne surprennent pas vraiment les autorités de santé : "les convaincus le sont restés. Les autres ont continué à considérer que cela les concernait finalement assez peu", résume Olivier Obrecht, directeur général adjoint de l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté.

Depuis 2016, 11 cas d'infections à méningocoque W, dont 3 mortels, ont été recensés dans le département de Côte-d'Or : fin 2016, deux étudiantes sont mortes à Dijon et en décembre 2017, un jeune homme de 23 ans est décédé à Chenôve.

Début 2017 déjà, 30 000 étudiants et personnels de l'université de Bourgogne avaient été concernés par une campagne de vaccination.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sur Ma Route : Visite de la Champignonnière de Dijon

Les + Lus