Dijon : quels candidats pour les municipales ?

© LINDAUER Thierry - maxPPP
© LINDAUER Thierry - maxPPP

François Rebsamen n'a pas encore annoncé sa volonté de briguer ou non un nouveau mandat à Dijon. Mais le maire sortant aura du mal à créer l'unité. Europe Ecologie - Les Verts a annoncé sa volonté d'une candidature autonome. A droite et au centre les ambitions se multiplient également.

Par R. C. / France 3 Bourgogne

Les certitudes


Europe Ecologie - Les Verts (EELV) présentera une liste autonome. Cela n'était plus arrivé à Dijon depuis 1995. Après 3 mandats dans la majorité PS, le parti écologiste entend prolonger la bonne dynamique des dernières élections européennes.
La tête de liste n'est pas encore désignée. Le groupe écologiste compte aujourd'hui six élus au conseil municipal.
 

Emmanuel Bichot a reçu l'investiture du parti Les Républicains (LR) et veut incarner la voix de la droite à Dijon. Avec son mouvement "Agir pour Dijon", il a notamment reçu le soutien du Nouveau Centre. Mais autour, l'opposition est encore dispersée.

En 2014, c'est Alain Houpert qui s'était présenté pour l'UMP-UDI. Il avait recueilli 28,27% des voix au premier tour, avant de s'incliner au second avec 34,02% des suffrages.
 


Damien Cantin devrait être le candidat du Rassemblement National (RN) à Dijon. Le conseiller régional, originaire de Saône-et-Loire, vivra sa première campagne dans la Cité des Ducs, si les instances nationales du parti valident ce choix.

En 2014, le Front National, mené par Edouard Cavin, avait recueilli 12,70% des voix au premier tour, avant de se maintenir et de récolter 13,13% au second tour.
 

Les discussions


François Rebsamen n'a pas encore annoncé sa volonté de briguer ou non un quatrième mandat à Dijon. Elu depuis 2001, le maire sortant a laissé deux fois les commandes de la ville ces dernières années. A Alain Millot, d'avril 2014 à juillet 2015, le temps de son passage au ministère du Travail, dans le gouvernement de Manuel Valls. Puis à sa première adjointe, Nathalie Koenders lors de son traîtement contre un cancer en 2018.

Il y a un an, il s'interrogeait sur notre plateau : "J'ai évoqué l'idée que ça pouvait être mon dernier mandat de maire de Dijon". Sans exclure de rester à la tête de Dijon Métropole. "Oui c'est quelque chose qui m'intéresse, c'est à voir."

A l'époque, il saluait l'interim assuré par Nathalie Koenders : "J'ai remarqué que Nathalie Koenders est arrivée à avoir ce lien avec les habitants de notre ville. Elle a montré qu'elle avait les qualités pour être maire."
Aucune décision ne devrait être annoncée avant la fin de l'année.
 



Charles Rozoy a été choisi comme tête de file de La République En Marche (LREM). L'ancien champion paralympique de natation et conseiller municipal LREM veut "réussir à construire une large coalition de projets ouverte à tous".
Pour autant, il n'entend pas forcément être tête de liste. L'enjeu sera donc de mener les discussions dans les prochains mois avec de "potentiels partenaires qui ont manifesté leur intérêt à ce rassemblement". Sébastien Mirek et Didier Martin s'étaient également portés candidats à l'investiture du parti présidentiel.
 


Laurent Bourguignat a été investi par Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse. Actuel conseiller municipal au sein du groupe Dijon Ensemble, il veut porter une autre voix à droite.
Pour autant, lui aussi plaide pour un rassemblement. Main tendue à Emmanuel Bichot, discussions avec LREM et l'UDI, les tractations sont en cours. Laurent Bourguignat s'est donné jusqu'au 15 novembre pour décider de l'avenir de son groupe.
 


Franck Ayache a reçu le soutien de l'UDI pour mener les discussions en vue de la constitution d'une liste. Derrière lui, ou derrière un autre nom, puisque sa candidature propre n'est pas une condition absolue. Conseiller municipal d'opposition jusque-là il pourrait se rapprocher des Républicains, mais aussi de Libres ! ou de LREM.
 


François Deseille ne s'est pas encore prononcé pour le MoDem. Actuel membre de la majorité de François Rebsamen, adjoint au maire en charge de la Cité de la gastronomie et du vin, et vice-président de Dijon Métropole, il pourrait poursuivre son engagement à ses côtés. Sa décision dépendra sans doute de l'identité de la tête de liste pour la majorité municipale.


Sylvain Comparot a créé le groupe d'initiative et de réflexion "Pour Dijon". Ancien du PS, il s'est lancé dans cette démarche citoyenne. Son mouvement a déjà fait connaître plusieurs proposition, qu'il entend défendre lors de la prochaine campagne. En attendant de se lancer dans la course, ou de soutenir un candidat prêt à porter ce programme.
 


Arnaud Guvenatam pourrait être le candidat de la France Insoumise. Mais le parti de Jean-Luc Mélenchon n'a pas encore fait d'annonce officielle à ce sujet.
 

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus