Dijon : un migrant Kosovar libéré après 28 jours d’incarcération grâce à une mobilisation populaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gaël Simon
Les responsables des associations ayant soutenu le père de famille et , à gauche, sa fille aînée.
Les responsables des associations ayant soutenu le père de famille et , à gauche, sa fille aînée.

Ce mercredi 10 novembre, une trentaine de personnes se sont rassemblées à l’école Jean-Baptiste Lallemand de Dijon (Côte-d’Or) pour saluer la libération d’un Kosovar arrêté en octobre. Après 4 semaines en centre de rétention administrative, il a été relâché. Mais sa situation reste à régulariser.

Le 11 octobre dernier, un Kosovar installé à Dijon (Côte-d’Or) était arrêté par les forces de l’ordre. Envoyé au centre de rétention administrative de Metz, ce père de trois enfants a été libéré le lundi 7 novembre après 28 jours d’incarcération. Ce mercredi 10 novembre, son comité de soutien, constitué d’associations locales, de parents d’élèves de l’école Jean-Baptiste Lallemand, où sont inscrites ses deux plus jeunes filles, et de sa famille se sont rassemblés pour saluer la bonne nouvelle.

Une petite victoire que Luiza, la fille aînée de celui qui vit et travaille en France depuis 10 ans, a accueilli avec soulagement. La jeune femme de 21 ans n’a pu cacher son émotion alors qu’elle s’exprimait devant la trentaine de personnes regroupées à l’entrée de l’école Lallemand ce mercredi matin. "Je voulais vous remercier du fond du cœur. Tout a été un peu dur pour nous. Mais je me sentais heureuse d’être accompagnée", a-t-elle expliqué.

Maison de quartier, parents d'élèves et associations mobilisés

C’est la jeune femme qui a contacté des associations d’aide aux migrants suite à l’arrestation de son père. "J’étais tellement inquiète et angoissée… Je me suis dirigée vers elles", nous confie celle qui suit des études dans l’industrie. Louisa a notamment pu compter sur l’aide du collectif des demandeurs d’asile et migrants qui regroupe des associations dont la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) de Dijon. "On est tout de suite intervenu auprès de la préfecture. Les directrices de l’école, les élus de parents d’élèves ont aussi écrit au préfet. On a alerté les élus. Je pense que tout ça, ça a aidé", souffle Paul Garrigues, co-président de la section locale de la LDH.

On a eu le soutien de tout le monde, je suis vraiment contente. Les parents d’élèves, les associations qui aident les migrants comme nous…

Luiza

Le comité de soutien s’est appuyé sur deux éléments fondamentaux pour obtenir la remise en liberté du Kosovar : le père de famille remplit toutes les conditions pour être régularisé et le droit des enfants à ne pas être séparés de leurs parents. Pour rappel, la France a signé une convention international qui garantit ce droit aux mineurs.

Mais la situation de l'homme qui s'est installé à Dijon reste à régulariser. Si son incarcération n’a pas été prolongée, il peut encore être interpellé jusqu’au 26 janvier prochain. "La préfecture a décidé de relâcher mon père. On était content. Mais il est encore en danger", explique Luiza. Avec l’aide des associations, son père devrait bientôt déposer une demande de dossier auprès de la préfecture. "On suivra le traitement de la demande", assure Paul Garrigues.

Par le passé, l’homme a déjà demandé à régulariser sa situation. "À chaque fois qu’il a envoyé un dossier, il a été rejeté. Les raisons, on ne les sait pas !", indique Louisa, qui bénéficie elle d’un titre de séjour en France. "Ce n’est pas isolé, regrette le responsable de la LDH à Dijon. On a un certain nombre de personnes qui pourraient tout à fait être régularisés. Et ça bloque. On pense qu’il y a un vrai problème global".

Quant au père de trois enfants, il a retrouvé ses proches ce mardi après près d’un mois de détention à Metz.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.