Cet article date de plus de 4 ans

Élection présidentielle : les maires interpellent les candidats

L'Association des Maires de France (AMF) interpelle les candidats à la présidentielle. Qu’ils soient de gauche ou de droite, les élus veulent moins de contraintes dans l'exercice de leur mission.
Ludovic Rochette est président de l’association des maires de la Côte-d’Or et François Rebsamen occupe le siège de 1er vice-président délégué de l’AMF21. Tous deux sont de bords politiques opposés, mais le maire LR de Brochon et le maire PS de Dijon partagent la même certitude : "on ne réussira pas la France sans les communes".

Le maire reste le premier repère dans un monde qui évolue sans cesse. Ces représentants de la démocratie locale sont une chance pour les quartiers urbains comme pour les villages. "Grâce aux communes et à leurs élus, aucun territoire de la République n’est abandonné", rappellent ce deux représentants bourguignons de l’AMF.
Pourtant, aujourd’hui, l’inquiétude règne en raison d’une intercommunalité souvent "subie et imposée", alors qu’elle devrait être une mise en commun de moyens, voulue par les élus locaux autour de projets collectifs.

Pour l’association des maires de France, "les tentatives recentralisatrices de l’État sont bien réelles et portent en germe l’éloignement du citoyen des institutions locales". Les élus dénoncent le sentiment d'abandon des populations, la dégradation des services de proximité, l’amoncellement des lois, décrets et normes, sans compter la baisse des dotations de l’État.



Que propose le "manifeste pour des communes fortes" ?


L’AMF a donc rédigé un manifeste destiné aux candidats à l’élection présidentielle, qui a été présenté vendredi 3 février 2017. Dans ce document, des maires de France et des présidents d’intercommunalité plaident pour des communes fortes et la confiance dans les projets portés par les maires et les équipes municipales au service de leurs concitoyens.
Au total, quinze engagements sont proposés aux candidats à la présidentielle pour qu’ils se positionnent et s’engagent, le 22 mars prochain, lors d’un rassemblement, à Paris, avec des maires.

"Il s’agit d’un véritable contrat de mandature pour les cinq années à venir, afin de permettre à tous les territoires de notre pays de porter ensemble une ambition pour la France. Ce contrat doit définir des objectifs partagés entre l’Etat et les collectivités, avec les moyens nécessaires correspondants", conclut l’Association des Maires de France.

Le manifeste de l'AMF pour des communes fortes et vivantes au service des citoyens (2017-2022)

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique françois rebsamen