Magistrat qui proposait sa fille sur des sites libertins : le pourvoi contre sa révocation rejeté

Publié le Mis à jour le
Écrit par Auberi Verne avec AFP

Ce lundi 25 avril, le Conseil d'État a rejeté le pourvoi contre sa révocation formé par l'ancien magistrat de Dijon qui proposait sa fille sur des sites libertins. L'ex-juge avait été condamné en mars dernier à deux ans de prison, dont un avec sursis, par le tribunal correctionnel de Besançon.

"Le pourvoi n'est pas admis." C'est en ces termes que le Conseil d'État a rejeté, ce lundi 25 avril, le pourvoi contre sa révocation formé par cet ex-juge pour enfants de Dijon (Côte-d'Or), qui proposait sa fille mineure sur des sites libertins.

L'ancien magistrat de 56 ans avait été révoqué de ses fonctions en juillet 2021 par le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature. La révocation est la sanction la plus lourde qui puisse être prononcée à l'encontre d'un magistrat.

Une affaire qui a débuté en octobre 2019

Un utilisateur d'un site libertin avait signalé, à cette époque, qu'un homme proposait d'associer sa fille (alors âgée de 12 ans), à des ébats sexuels avec des adultes consentants.

L'affaire a été confiée au parquet de Besançon en janvier 2020, qui ouvre une information judiciaire pour corruption de mineur de moins de 15 ans. Le 5 juin, après des perquisitions menées au domicile et au bureau du couple, l'ancien juge est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Sans antécédent judiciaire ni problème d'addiction, il avait reconnu être l'auteur des messages mais évoquait des "fantasmes qu'il n'aurait jamais concrétisés".

Pour rappel, il a été condamné le 11 mars 2022 à deux ans de prison, dont un ferme.