• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Mobilisés contre la loi Blanquer, les enseignants de Dijon maintiennent leur grève pendant le bac

À l'appel de plusieurs syndicats, des dizaines d'enseignants ont manifesté devant le recorat de Dijon à partir de 9 heures ce 13 juin. / © Dalila Iberrakene / France 3 Bourgogne-Franche-Comté
À l'appel de plusieurs syndicats, des dizaines d'enseignants ont manifesté devant le recorat de Dijon à partir de 9 heures ce 13 juin. / © Dalila Iberrakene / France 3 Bourgogne-Franche-Comté

À l'appel du syndicat SE-UNSA 21, des enseignants ont manifesté devant le rectorat à Dijon pour demander le retrait de la loi Blanquer, le jour de la réunion de la commission mixte paritaire qui l'étudie. Ces enseignants ont confirmé leur grève du 17 juin, pendant la première épreuve du bac.

Par V.P. avec Elsa Bezin

Le projet de loi Blanquer, "pour une école de la confiance", ne semble pas avoir gagné celle des enseignants. Ce 13 juin, à l'appel du syndicat UNSA 21, plusieurs dizaines d'enseignants ont manifesté devant le rectorat de Dijon, à partir de 9 heures. Ils ont souhaité se réunir le jour de l'ouverture de la Commission mixte paritaire qui étudie ce projet de loi, adopté à l'Assemblée nationale le 19 février puis par le Sénat le 21 mai.

"On souhaite absoluement le retrait de toutes ces réformes régressives parce qu'on a un autre projet pour l'école, pour les élèves et pour les professionnels," souligne Christine Bernery, enseignante. Elle juge ces réformes "abominables", confirmation pour elle que le système éducatif et tout le service public en général vont vers une privatisation.
 

Y aura-t-il assez de surveillants pour l'épreuve de philo ?

"On va faire de plus en plus appel à des contractuels (...) donc on va avoir, si la loi passe, des étudiants qui vont venir, dès leur deuxième année de licence, faire des remplacements et être responsables de classes sans aucune formation, ajoute-t-elle. La formation continue ont n'en parle même plus tellement il n'y en a pas !"

Ainsi, les enseignants du second degré seront en grève le 17 juin, pendant la première épreuve du bac, celle de français. Les manifestants se trouveront devant les lycées, sans participer à la surveillance des salles. Mme Bernery poursuit : "M. Blanquer veut garantir que tout allait bien se passer, donc on voit comment la pression est mise sur les enseignants dans certains établissements pour qu'à tout prix la surveillance soit effectuée. On en est même à appeler des parents, des assistants d'éducation. Non, c'est pas possible."
 

Notre reportage à Dijon (Côte-d'Or)

Mobilisés contre la loi Blanquer, les enseignants maintiennent leur grève pendant le bac
Intervenante : Christine Bernery, enseignante. - France 3 Bourgogne-France-Comté - Reportage : Elsa Bezin et Dalila Iberrakene

Sur le même sujet

Estivan Dimanche

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer