Pourquoi le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg traverse la Bourgogne à vélo ?

Jean Asselborn, 71 ans, s'est lancé dans un tour de France à vélo en solitaire … pour ne pas se laisser enfermer dans la peur du coronavirus. Son itinéraire passe notamment par Dijon, les villages viticoles de la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire.
 
Jean Asselborn, chef de la diplomatie du Luxembourg, devant le domaine viticole de la Romanée-Conti et la croix des moines de Cîteaux en Côte-d'Or mardi 4 août 2020.
Jean Asselborn, chef de la diplomatie du Luxembourg, devant le domaine viticole de la Romanée-Conti et la croix des moines de Cîteaux en Côte-d'Or mardi 4 août 2020. © Jean Asselborn

Le chef de la diplomatie du Luxembourg est un sportif, passionné de vélo.
Cet amateur de cyclotourisme adore prendre son temps et flâner sur les petites routes de France.

Jean Asselborn a débuté un tour de France à vélo dimanche 2 août 2020.
La 1re étape l’a mené de Neufchâteau à Langres et la 2e étape de Langres à Dijon.

Chaque jour, il poste sur sa page Facebook des photos de ses différentes haltes. Il laisse aussi de nombreux commentaires sur les monuments et les sites touristiques qu’il découvre.

 

J'assume ma décision d'y aller. D'abord pour remercier la France de nous avoir laissé ouvertes ses frontières, et puis pour bien marquer une certaine détermination de ne pas se laisser « encastrer» dans une peur permanente à l'égard du Covid.

Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères du Luxembourg



La 3e étape entre Dijon (Côte-d’Or) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a eu lieu mardi 4 août.
Sur la route des grands crus, le ministre est passé notamment par le château de Brochon, Gevrey-Chambertin, Nuits-Saint-Georges, Beaune et Bligny-les-Beaune.

Il a aussi fait un arrêt devant le domaine Romanée-Conti et raconte qu’un Monsieur lui a tout expliqué. "Je lui ai demandé en partant ce qui fait la différence entre ce vignoble de 1,63 ha et l’autre juste à côté...Il m’a répondu… le prix, monsieur."

C’est le sixième tour de France de Jean Asselborn, le premier date de 2015.

Le ministre des Affaires étrangères du Grand Duché assume les critiques qu’on lui adresse alors qu’il quitte son pays au mois d'août par les temps qui courent. "J'en suis bien conscient et je m'empresse de remarquer qu'avec les moyens de bord de la technologie digitale, l'on est joignable à tout moment", dit-il.



 
Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, à Dijon le 3 août 2020
Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, à Dijon le 3 août 2020 © Jean Asselborn
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société insolite vélo économie transports international