• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Retour sur… Le quartier du Petit Cîteaux à Dijon

La rue du Petit Cîteaux à Dijon
La rue du Petit Cîteaux à Dijon

A la fin des années 1970, la ville de Dijon lance un projet de réhabilitation du quartier du Petit Cîteaux. Des immeubles et des commerces sont construits dans ce quartier aux ruelles tortueuses. Quarante ans plus tard, une nouvelle rénovation est en cours.

Par Isabelle Grevot avec B.L.

Rue Chaplin, rue Renoir, rue Jouvet, place Prévert... Le quartier du Petit Cîteaux, situé près de la rue du Petit Cîteaux et de la place Suquet, a été profondément remanié entre 1979 et 1985.
Cette réhabilitation a été menée, entre autres, par l’architecte Jean-Louis Ducruet, auteur de nombreux projets à Dijon durant les années 1970, et par l’agence ETRA Architecture.

HIER

Dans les années 1970, alors que l’habitat pavillonnaire se développe dans les communes périurbaines, Dijon revalorise son centre ancien.

En 1977, la ville emporte le titre de première ville écologique.
Des programmes importants sont mis en place : constitution d’une ceinture verte, création de grands parcs périurbains, réhabilitation et mise en valeur du centre-ville, aménagement de nouveaux espaces d’activités et de quartiers nouveaux qui intègrent des notions "d’échelle humaine" (Port du Canal, Hauts de Montchapet, Mansart, Petit Cîteaux …).

Le déménagement de l’usine Estiot, puis une rencontre, le 11 avril 1978, entre les responsables municipaux, les architectes et les habitants du Petit Cîteaux, marquent le point de départ de la rénovation du quartier.




Le projet est conçu dans un esprit communautaire et à échelle humaine, avec de petits immeubles d’habitation accueillant des commerces en rez-de-chaussée.

L’ensemble, à caractère social, est conçu comme un village, organisé autour de ruelles et de placettes, réservées aux piétons. L’opération se veut originale, tout en préservant l’harmonie et l’identité du quartier.

Environ 300 logements seront créés, dont 200 en HLM et 100 en accession à la propriété. Le coût total de l’opération s’élève à dix millions de francs.




Dans les années 2000, les commerces du quartier se diversifient.

En 2007, une épicerie sociale et solidaire ouverte aux Dijonnais en précarité économique (Episourire) voit le jour. En 2010, la galerie d’art associative Nü Köza quitte la rue Berbisey pour s’installer au Petit Cîteaux. Sa mission : aider de jeunes artistes à travailler et à se faire connaître.


AUJOURD’HUI


Un nouveau chantier a démarré en septembre 2016 et devrait se poursuivre jusqu’en octobre 2018. Le coût des travaux se chiffre à 4 millions d’euros. Le principal opérateur est SCIC Habitat Bourgogne – acteur historique de l’habitat social – pour 150 logements, aux côtés de Grand Dijon Habitat pour 65 logements.

Isolation et embellissement d’un côté, sécurisation de l’autre, avec notamment la fermeture des accès aux espaces verts aux personnes étrangères au quartier. Des dispositifs de contrôle d’accès avec vidéophone équiperont les logements concernés par les travaux. Parallèlement à ce grand chantier de rénovation, une étude a été lancée pour améliorer la qualité des ¬espaces verts.

Le quartier du Petit Cîteaux… un quartier en perpétuelle évolution !


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Canicule : un feu de forêt s’est déclaré à Villeferry en Côte-d’Or

Les + Lus