"Un scandale social" : la fermeture de l'usine Vallourec à Venarey-les-Laumes officiellement actée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Auberi Verne .

Le couperet est tombé ce jeudi 24 novembre. La fermeture de l'usine Vallourec Umbilicals de Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or) a été actée, ce qui va entraîner son placement en liquidation judiciaire. 54 emplois vont être supprimés.

Nous vous relations hier que la fermeture du site Vallourec Umbilicals, situé à Venarey-les-Laumes en Côte-d'Or, devait être annoncée ce jeudi 24 novembre. À l'issue d'une rencontre entre direction et salariés, la fermeture a bel et bien rendue officielle. 54 emplois devraient être supprimés.

"C'est une liquidation judiciaire, purement et simplement", a précisé Pierre Jessionesse, délégué syndical CGT. "Lundi, on nous annonce que c'était peut-être une possibilité. Mercredi, on nous dit qu'il y a une réunion du conseil d'administration, et aujourd'hui, des gens se présentent ici pour nous signifier que nous serons liquidés judiciairement."

Vous vous rendez compte du coup de massue qu'on vient de recevoir ? À un mois de Noël, c'est inhumain.

Pierre Jessionesse,

délégué syndical CGT

"On ne peut pas accepter une telle décision, dès lors que jamais auparavant ça n'a été discuté en CSE", a ajouté Jacques Bauquier, animateur régional CGT. "C'est une liquidation préméditée et délibérée, ça fait six mois que Vallourec veut fermer ses usines en France. Mais rien n'a été fait pour maintenir l'activité ici ou trouver des clients, comme on sait le faire dans d'autres entreprises."

"Un scandale social" pour le maire de Venarey-les-Laumes

Les réactions se sont multipliées dans la classe politique locale, suite à l'annonce de la fermeture. Parmi elles, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, a pointé "un gâchis humain et industriel". "Cette situation est d'autant plus incompréhensible que l'entreprise s'est installée dans une usine neuve en 2021...", a-t-elle regretté.

De son côté, Patrick Molinoz, maire (PRG) de Venarey-les-Laumes, a dénoncé un "scandale social qui mettrait 55 familles dans les plus grandes difficultés, alors même que Vallourec met en œuvre, au même moment mais sur d'autres sites, des PSE acceptés pour les salariés".

► À LIRE AUSSI : Vers une liquidation judiciaire du site Vallourec de Venarey-les-Laumes, plus de 50 emplois menacés

Pour rappel, Vallourec Umbilicals devait traiter une commande de Total, le "projet Bégonia", qui a finalement été attribuée à un concurrent suédois. L'usine n'a donc enregistré que cinq mois d'activité en 2022, contraignant les salariés à être placés en activité partielle le reste de l'année. Une décision qui, d'après l'élu, "tient au fait que la société Total a confié l'ingénierie d'étude au cabinet américain McDermott", qui aurait "un différend historique avec Vallourec ou son récent actionnaire". "C'est donc, une fois de plus, un problème qui ne concerne pas la qualité et l'économie de notre production industrielle", a-t-il fustigé.

Les salariés ne doivent pas être les victimes de ces manœuvres qui n'ont rien à voir avec la qualité de leur travail ou avec la compétitivité de leur usine.

Patrick Molinoz,

maire (PRG) de Venarey-les-Laumes

Pour trouver une solution favorable aux employés, Patrick Molinoz a annoncé avoir échangé avec le directeur général de la caisse des dépôts et consignations, la BPI (second actionnaire de Vallourec Umbilicals) ainsi que le ministre de l'Industrie. "Vallourec doit revenir sur sa position a minima pour proposer aux salariés un PSE acceptable, ou pour relancer une activité qui a toujours été annoncé comme prometteuse", a-t-il martelé. L'édile a également demandé à rencontrer le président de la République Emmanuel Macron, à l'occasion de sa visite en Côte-d'Or vendredi 25 novembre.

Vallourec se défend

Dans un communiqué envoyé ce jeudi en milieu d'après-midi, l'entreprise a tenté d'expliquer sa décision. "Vallourec Umbilicals est confrontée à une situation de cessation de paiement imminente : ses difficultés se sont gravement accentuées ces deux dernières années [...] et sans aucune perspective", a-t-elle écrit. "Face à cette impasse, la direction souhaitait lancer une procédure de conciliation. L’un des deux coactionnaires de Vallourec Umbilicals, s’est malheureusement opposé à cette voie [...]."

La direction est donc contrainte, à regrets, de lancer une procédure de liquidation judiciaire et en a informé ce matin les représentants des salariés.

La Direction de Vallourec,

jeudi 24 novembre dans un communiqué

Des explications qui seront bien loin de satisfaire les employés, qui estiment pour beaucoup que cette fermeture relève d'une stratégie délibérée de délocalisation.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité