PHOTOS. À Dijon, un tableau "exceptionnel" de Brueghel le Jeune adjugé 600 000 euros

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lisa Guyenne

Une peinture du maître flamand Pieter Brueghel le Jeune, retrouvée dans une demeure dijonnaise début 2022, vient d'être vendue aux enchères ce dimanche à Dijon, au-delà de son estimation de départ.

"C'est un tableau magique. Il a passé les siècles, il est en très bon état. Il fait rêver", s'extasie Isabelle, une côte-d'orienne venue admirer l'œuvre avant la vente ce dimanche. Sous ses yeux, une peinture authentifiée de Pieter Brueghel le Jeune (le fils de Brueghel l'Ancien), datée fin XVIe - début XVIIe siècle. "C'est plein de petits personnages qui racontent des histoires. Ce doit être un bonheur de chaque instant d'avoir un tableau comme celui-ci chez soi. Tous les jours, on redécouvre des détails", poursuit Isabelle, conquise. 

Un tableau découvert dans un appartement dijonnais après un héritage

Comme elle, des dizaines de curieux ou d'acheteurs potentiels ont poussé les portes de l'Hôtel des ventes de la rue Paul Cabet ce dimanche. Au milieu des quelques 200 lots, meubles anciens, vases et argenterie, ce tableau de maître dont le prix de départ était estimé entre 300 000 et 500 000 euros. 

"La découverte a eu lieu dans le cadre d'une succession au mois de janvier", détaille le commissaire-priseur, Christophe Sadde. "On était avec le notaire et les héritiers dans cet appartement dijonnais, et en arrivant dans le salon, nous sommes tombés sur cette œuvre qui nous a interpellés par sa qualité." Pris d'un doute sur son authenticité, le commissaire-priseur sollicite alors l'expertise d'un cabinet spécialisé. Le verdict tombe quelques mois plus tard : c'est bien un véritable tableau de Brueghel le Jeune, "Paysage d'hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux", un paysage que le peintre n'a eu de cesse de reproduire, puisqu'il existe dans plus de 140 versions connues à ce jour.

De nombreuses versions donc, mais une œuvre d'une grande qualité. "C'est une pièce exceptionnelle très rare", confirme Stéphane Pinta, expert en tableaux pour le cabinet Turquin. "On reconnaît le trait de Brueghel le Jeune par cette attention au détail, partout dans le tableau."

Un passé mystérieux 

Comment cette œuvre s'est-elle retrouvée dans un appartement dijonnais ? "On n'en sait rien ! On ignore tout de l'histoire de ce tableau", sourit Stéphane Pinta. Le commissaire-priseur, Christophe Sadde, n'a pas obtenu beaucoup d'informations de la part de la famille : "Ils pensent l'avoir depuis trois générations, mais il n'y a pas de registre, aucune note au sujet du tableau dans leurs archives."

Impossible donc de retracer le parcours du tableau : dans quels pays, dans quelles maisons ou collections s'est-il retrouvé en plus de 400 ans ? Cela restera un mystère. En revanche, on sait ce que représente ce tableau. "Il trouve sa source dans un tableau de Brueghel l'Ancien (le père de Brueghel le Jeune), qui montre l'hiver avec ces scènes de patinage. Mais là, il y a quelque chose de plus dans ce tableau-là. Il est considéré par certains comme une dénonciation de l'occupation espagnole aux Pays-Bas à l'époque."

"On voit par exemple cette trappe aux oiseaux : les oiseaux ne font pas attention et se retrouvent piégés."

Stéphane Pinta, expert

"De même, ce trou dans la glace auquel les patineurs ne font pas attention. Ces pièges peuvent être interprétés comme la pression de l'occupation espagnole. Il y a toujours un côté moralisateur dans la peinture flamande."

Stéphane Pinta, expert

Ce dimanche à 16 heures, le tableau s'est donc adjugé 600 000 euros, 744 000 euros avec les frais d'enchères. L'acheteur est anonyme. Depuis début 2022, trois autres peintures de Brueghel le Jeune ont été vendues aux enchères. La plus chère est partie pour 1,6 millions d'euros, la seconde pour 520 000 euros, la troisième 320 000 euros.