Covid-19 : le pic d'hospitalisations de la première vague dépassé en Bourgogne-Franche-Comté

Au plus fort de la première vague de l'épidémie de Covid-19, en avril, on comptait 1 380 personnes hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté. On a dépassé ce chiffre samedi 7 novembre. Pour les personnes en réanimation, le pic d'avril n'est pas atteint.
© Romain Liboz / France 3 Bourgogne
Samedi 7 novembre, on comptait 1 390 personnes hospitalisées pour Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté, soit plus que le pic atteint lors de la première vague de l'épidémie. Le 17 avril 2020, on avait compté au plus fort de la crise 1 380 hospitalisations dans notre région.

Depuis, la courbe a poursuivi sa trajectoire à la hausse. Dimanche, 1 450 hospitalisations simultanées pour Covid-19 étaient comptabilisées par Santé publique France dans notre région.


Si les infographies ne s'affichent pas, cliquez ici.

"Nous n'en sommes qu'au début de cette deuxième vague hospitalière qui est loin d'avoir atteint son pic", rappelait Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté lors d'une conférence de presse vendredi 6 novembre. "Les hôpitaux de la région s'organisent pour faire face à cela, pour que tous les patients qui ont besoin de soins hospitaliers y aient évidemment accès. La déprogrammation des soins est désormais massive sur l'ensemble du territoire. Seuls les soins les plus urgents ou ceux dont le report induirait un risque de perte de chance pour les patients sont maintenus."

"Nous avons engagé des transferts de patients entre établissements pour équilibrer la charge et pour qu'aucun hôpital ne soit localement saturé. Depuis le début de cette deuxième vague, ces transferts s'élèvent au nombre de 92, dont 55 transferts de patients de médecine et 37 patients de réanimation. Ils ont été transférés depuis les hôpitaux qui s'approchent de la saturation vers des hôpitaux qui en sont plus éloignés."

Dans certains départements de notre région, le pic de la première vague est dépassé depuis plusieurs jours. En Saône-et-Loire, on avait compté au plus fort de la première vague 243 personnes hospitalisées simultanémenent, c'était le 29 avril. Ce pic a été dépassé le 28 octobre, lors de la deuxième vague. Et on comptait dimanche 8 novembre 402 personnes hospitalisées pour Covid-19 dans le département.

Dans le Jura, le pic de 145 hospitalisations simultanés (le 17 avril lors de la première vague) a été dépassé le 1er novembre. Dimanche, 191 personnes étaient hospitalisées pour Covid-19 dans le département.
 

Dans l'Yonne, le pic de 119 hospitalisations simultanées le 19 avril a été dépassé le 2 novembre, lors de la deuxième vague, avec 127 hospitalisations.


Dans la Nièvre, peu touchée lors de la première vague, le pic était de 63 hospitalisations simultanées le 16 avril. Ce chiffre a été dépassé le 6 novembre avec 65 personnes hospitalisées pour Covid-19 en même temps dans le département.

Dans les autres départements de la région, le pic de la première vague n'est pas encore dépassé.
 


Des réanimations pour l'instant moins nombreuses

Le nombre de personnnes hospitalisées en réanimation pour Covid-19 reste pour l'instant inférieur à ce que l'on a pu voir au plus fort de la première vague. Dimanche 8 novembre, on comptait dans notre région 207 personnes hospitalisées en réanimation simultanément. Au plus fort de la première vague, le 7 avril, on en comptait 295.

"En temps normal, notre région dispose de 200 places de réanimation. Vous voyez à quel point point la pression de l'épidémie est maintenant très forte sur les établissements de santé", indiquait vendredi 6 novembre le directeur général de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. "En terme de capacité de réanimation, nous savons que nous sommes capables de monter jusqu'à environ 300 patients Covid en réanimation. Sachant qu'il y en a d'autres, souffrant d'autre pathologies, que les hôpitaux doivent prendre en charge parce qu'il s'agit d'urgence vitale. Si la situation devait encore se détériorer, nous devrions avoir recours probablement à des transferts vers d'autres régions. Ce n'est pas encore envisagé à l'heure où je vous parle."
 

Dans un seul département de Bourgogne-Franche-Comté, le pic de la première vague est dépassé en réanimation. Samedi 7 novembre, on comptait en Saône-et-Loire 39 réanimations simultanées pour Covid-19, c'est plus que le pic de 38 personnes observé le 6 avril.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société