Cet article date de plus de 3 ans

Déraillement du TGV Paris-Strasbourg : les conclusions définitives de l'enquête accablent la SNCF

Une rame d'essai de la LGV Est avait déraillé en novembre 2015 à Eckwersheim, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg faisant 11 morts et 42 blessés. Les familles, dont une est originaire de la Nièvre, ont reçu les conclusions définitives de l'enquête samedi 28 octobre 2017.
L'équipage de conduite ne disposait ni des informations suffisantes ni des compétences requises pour conduire ces essais : c’est ce qui ressort notamment des conclusions définitives de l'enquête judiciaire qui ont été communiquées par le parquet aux familles et aux victimes de l'accident samedi 28 octobre. Ce rapport accablant met en cause la responsabilité de la SNCF et de sa filiale Systra, chargée des essais, selon des informations exclusives de France 3 Grand Est.


On apprend par exemple que "Systra, la filiale de la SNCF a demandé à l'équipage de procéder à des essais en survitesse à 10% de plus que la vitesse de conception de la ligne, et non la vitesse de commercialisation. Donc l'essai à 330 km/h a été validé au lieu de 187 km/h sans justification ni information au personnel d'essai."

durée de la vidéo: 01 min 28
Accident de TGV à Eckwersheim : un essai à risque trois jours avant le drame ©France 3 Alsace



La rame d'essai circulait à 265 km/h au lieu de 176 km/h



Le 14 novembre 2015, la rame d'essai circulait à 265 km/h à l'entrée de la courbe située en amont de l'accident, pour une vitesse normalement prévue à 176 km/h. Et elle circulait encore à 243 km/h au point de déraillement situé 200 mètres plus loin.

La rame transportait 53 personnes, dont des salariés de la SNCF et de ses filiales mais aussi des invités avec femmes et enfants. Elle avait  déraillé et atterri dans un canal. L’accident avait fait 11 morts et 42 blessés.

Alain Rolland, cadre d'une filiale de la SNCF et originaire de la Nièvre, avait invité des membres de sa famille et des amis. Il fait partie des 11 personnes décédées.
Les autres membres de sa famille ont été blessés à des degrés divers, dont certains très gravement. L’épouse de son frère Patrick Rolland est restée dans le coma pendant plus de deux semaines notamment.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports faits divers justice société