À Besançon, un couple en attente de sa maison depuis six ans

Publié le
Écrit par Inès Tayeb

Depuis qu'ils l'ont achetée en 2016, Aline et son compagnon enchaînent les malfaçons et les travaux non finis. Aujourd'hui, leur maison est toujours inhabitable.

Cette maison était censée augurer des jours heureux mais l'aventure s'est transformée en cauchemar pour Aline Chauvez et son compagnon. Depuis qu'ils ont acheté cette maison il y a six ans, ils ne font qu'enchaîner les mésaventures. 

Les ennuis commencent en 2018, lorsqu'elle entreprend des travaux dans la maison. Au programme : la construction d'une extension. Aline fait appel à un maçon mais constate plusieurs malfaçons, une fois les travaux terminés. 

Malfaçons en série

"Ici, il a fallu bien combler pour que ça ne prenne pas l'eau", raconte-t-elle en montrant un des dommages réalisés. Parce qu'avant, "il y avait un trou", explique-t-elle. 

À ce moment-là, "je me dis que je vais m'armer de courage et qu'il faut avancer", affirme Aline. Elle explique qu'au moment de ces premières malfaçons, d'autres artisans attendent encore de commencer leurs travaux dans la maison. Malheureusement, le pire reste à venir. 

Travaux non finis

Les problèmes s'accumulent lorsque Aline contacte un autre artisan. Elle lui confie alors l'électricité, la plomberie, l'isolation et également les travaux de la salle de bain. Mais très vite, des dégâts sont à constater. Côté carrelage notamment, avec des découpes qui ne sont pas toujours égales. 

À première vue, on peut se dire que c'est déjà pas trop mal, sauf qu'en fait, derrière le carrelage, l'enduit d'étanchéité n'a pas été mis.

Aline Chauvez, propriétaire de la maison

à France 3 Franche-Comté

L'artisan serait parti sans terminer le chantier avant de placer sa société en liquidation judiciaire. Aline assure pourtant avoir payé les travaux. 

Aujourd'hui, elle doit tout refaire : "J'avais le budget pour terminer cette maison. Maintenant, c'est comme-si je devais payer une deuxième fois. Ce budget, je ne l'ai pas.

Aline Chauvet a porté plainte et des procédures judiciaires sont actuellement en cours. Après des années de galère, et des pertes estimées à 70 000 euros, la maison n'est toujours pas habitable. Une situation qui pèse beaucoup sur son moral, elle qui comptait s'installer avec son compagnon.