Besançon : une battue pour éviter la prolifération des sangliers

La battue était organisée dans la forêt de Chailluz, aux abords de Besançon.
La battue était organisée dans la forêt de Chailluz, aux abords de Besançon.

C'est une conséquence du développement des villes : certaines maisons se retrouvent en lisière des forêts où prolifèrent des sangliers. Pour éviter la surpopulation et les dégâts occasionnés, des battues sont régulièrement organisées. C'était le cas samedi matin autour de Besançon.

Par P.S.

Ce qui frappe d’abord, c’est le nombre de promeneurs et autres joggeurs qui partagent avec les chasseurs la forêt de Chailluz, aux abords de Besançon.

Dans cette zone, les battues aux sangliers sont régulières. Leur prolifération provoque des nuisances et gêne les habitants des quartiers résidentiels qui se développent aux abords des villes. Ce samedi-là, la règle était claire : ne pas tirer sur les chevreuils, renards et autres animaux, viser uniquement les sangliers les plus petits, de moins de 50kg.
Besançon : une battue pour éviter la prolifération des sangliers
Intervenants : Eric Grosjean // Patrick Gibey, Président de l'Association Communale de Chasse Agrée de Besançon // Germain Grosjean Reportage : L. Ducrozet, D.Martin

 

Sur le même sujet

Projet de revenu de base dans la Nièvre.

Les + Lus