Besançon : il harcelait Myriam EL Khomri au téléphone, et prend trois mois avec sursis

Le tribunal de Besançon a condamné hier un homme de 32 ans à une peine de prison avec sursis, assortie de 220 heures de travaux d'intérêt général, pour des appels téléphoniques malveillants et réitérés envers la ministre du Travail. 

La ministre du Travail Myriam El Khomri
La ministre du Travail Myriam El Khomri © PATRICK KOVARIK - AFP
« J’ai 32 ans et j’ai conscience qu’à mon âge, on ne fait pas des trucs comme ça », reconnaît le prévenu, un Bisontin de 32 ans. Sa faute ? Avoir harcelé la ministre du Travail Myriam El Khomri au téléphone durant quatre jours, en septembre dernier.

« Je ne savais pas qu'elle était ministre », s'exclamait-il hier, devant le tribunal de Besançon. L'enquête le confirmera : le numéro de la ministre a été composé au hasard, parmi beaucoup d'autres. Le prévenu n'en est pas à sa première blague douteuse : son casier judiciaire comporte 19 mentions.

C'est L'Est républicain qui relaie aujourd'hui cette information peu banale. Les juges ont suivi les réquisitions du Parquet : l'individu est condamné à trois mois de prison avec sursis, ainsi qu'à 220 heures de travaux d'intérêt général, pour avoir passé des « appels téléphoniques malveillants réitérés »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter