Besançon : Jérôme Scherer et Lucie Richard, acteurs d’un monde vers le zéro déchet

Jérôme et Lucie achètent du savon en gros, utilisent des serviettes lavables et passent par tous les moyens pour éviter les emballages inutiles. / © Jérôme Scherer
Jérôme et Lucie achètent du savon en gros, utilisent des serviettes lavables et passent par tous les moyens pour éviter les emballages inutiles. / © Jérôme Scherer

Il s’appelle Jérôme Scherer, il est bisontin et c’est le fondateur du collectif « Zéro déchet ». Avec sa collocataire Lucie Richard et les 10 membres de sa troupe, il représente la région Bourgogne-Franche-Comté auprès du groupe Zéro Waste France.

Par Robin Crumière

En janvier 2017, Jérôme a commencé à réduire ses déchets d’une manière simple : en réutilisant ses sacs pour chaque achat de nourriture à l’extérieur et en achetant en vrac. Aujourd’hui, il réussit à réduire le poids global des déchets de sa collocation à 370 grammes par mois. Une belle prestation.

Sa collocataire, Lucie Richard, a elle aussi été convaincue par ce mode de vie particulier et alternatif. Ensemble, ils évitent les emballages inutiles du quotidien en achetant leur nourriture en vrac et en réutilisant constamment leurs sacs en tissu. Ils n'achètent aucun produit neuf non plus, à la fois pour éviter les déchets fournis avec ces objets sortis d'usine (sacs en plastique, cartons ...) mais aussi pour reprendre possession de leur temps. Aucun achat d'objet neuf signifie ne pas se laisser tenter en traînant dans les magasins comme l'être humain sait si bien le faire, et s'occuper de tâches ou de loisirs plus importants que la nouvelle table basse (au nom impornonçable qui plus est) d'un certain constructeur suédois ...

Concernant leur nourriture, ils privilégient les circuits courts en achetant avant tout des produits locaux. Ils consomment moins, certes, mais ont un impact positif équivalent (voire même supérieur) à la moyenne des bisontins sur l'économie de la ville. Et bien-sûr, ce qui est compostable est composté ... en ce qui concerne nos deux amis, le compostage leur permet de réduire environ 30% des déchets globaux qu'ils produisent par mois.

Avec le recul, la démarche zéro déchet a permis à Jérôme et Lucie d'économiser du temps et de l'argent. Leurs factures de gaz et d'électricité sont réduites grâce au changement d'ampoules et à l'utilisation réfléchie des appareils branchés, par exemple. A ce jour, Jérôme travaille sur sa part de déchets recyclables ... La réduction globale des déchets passe par la réduction des ordures ménagères, mais "ne suffit pas à la démarche zéro déchet".


Chacun peut commencer à réduire ses déchets avec de petits gestes simples du quotidien. Jérôme lui, a commencé en refusant les sacs en plastique distribués en magasin, et à utiliser un sac en tissu pour quoi que ce soit. / © Jérôme Scherer
Chacun peut commencer à réduire ses déchets avec de petits gestes simples du quotidien. Jérôme lui, a commencé en refusant les sacs en plastique distribués en magasin, et à utiliser un sac en tissu pour quoi que ce soit. / © Jérôme Scherer


Peu après son expérience estonienne au sein de l'organisation non-gouvernementale Let's Do It qui lutte pour la protection de l'environnement, Jérôme a voulu inscrire Besançon et sa région dans un mouvement engagé similaire. C'est ainsi que depuis fin février 2018, il gère un collectif d'une dizaine de personnes membres du réseau Zéro Waste France.

Ce groupe de membres engagés est le seul à représenter la Bourgogne-Franche-Comté lors des rencontres avec les autres collectifs français. Avec les antennes "Zéro Waste" de Lyon, Paris, Lille, Toulouse et Strasbourg, ils partagent entre eux et avec la communauté de chacune des villes partenaires du groupe Zéro Waste France les quelques pratiques et astuces qui permettent la réduction des déchets.

Le collectif zéro déchet de Besançon réfléchit en ce moment à des actions à mener en ville, en plus du premier ciné-échange organisé dernièrement. Alors restez connectés, vous aurez bientôt une belle opportunité d'échanger avec des jeunes motivés sur la réduction des déchets et ce nouveau mode de vie respecteux de l'environnement.

Sur le même sujet

Bourgogne-Franche-Comté : Parcoursup fait le pari de 0 bachelier sans admission

Les + Lus