Besançon : opération collège mort à Proudhon pour réclamer plus de personnel de vie scolaire

Les banderoles fabriquées il y a deux ans ont été ressorties. / © Fabrice Riceputi
Les banderoles fabriquées il y a deux ans ont été ressorties. / © Fabrice Riceputi

Les personnels et parents d'élève du collège Proudhon organisent ce mercredi 11 décembre une opération "collège mort" pour alerter à nouveau l'Académie de Besançon sur les besoins urgents d'assistants d'éducation supplémentaires dans un établissement qui connaît de nombreuses difficultés sociales. 

Par Florence Cicolella

"1 adulte pour 120 élèves, dans un établissement sans préau, avec un hall trop petit et deux cours de récréation nécessitant une double surveillance, sans parler de celle des 412 demi-pensionnaires (...) C'est clairement très insuffisant pour assurer la simple sécurité des élèves". 

La lettre des personnels du collège Proudhon de Besançon à l'Académie de Besançon est claire. La situation ne peut plus durer. Voilà deux ans qu'ils alertent sur le manque d'encadrants de la vie scolaire. Le collège accueille 650 élèves recrutés en majorité dans le quartier de Besançon Palente-Orchamps, un quartier qui connaît des difficultés sociales et qui inclut une zone dite "prioritaire".

Or il ne compte 5.5 équivalents temps plein d'assistants d'éducation et une seule conseillère proncipale d'éudcation "dont le dévouement est notoire, mais qui est loin, à son grand regret, d’être en mesure d’assurer toutes les missions attachées à sa fonction.  Et dont la vie professionnelle s’apparente tout particulièrement depuis septembre dernier à une sorte de performance, pour ne pas dire à un calvaire", précise encore le courrier.
 

N'attendons pas qu'il y ait un drame pour intervenir, Fabrice Riceputi, professeur d'histoire-géographie. Nous tirons le signal d'alarme et demandons à être reçus le plus vite possible par le recteur

"Selon la "carte cible" de l'Académie, nous avons ce que nous méritons en terme d'encadrement, explique Fabrice Riceputi, professeur d'histoire-géographie et porte-parole de l'opération. Mais ce tableau ne tient pas compte des spécificités de notre établissement : 80 en Segpa, 10 en Ullis, 10 en Clex, 11 allophones, etc. Il ne s'agit pas seulement de surveiller ces collégiens, moins autonomes que des lycéens, mais aussi de discuter avec eux, lutter contre l'absentéisme, le décrochage scolaire..."

L'établissement ne peut pas se permettre de sortir de ses missions de base. "Le ministre a lancé l'idée "d'écodélégués", censés promouvoir le développement durable dans l'établissement, explique encore Fabrice Riceputi. Mais nous n'avons absolument pas le temps ni le personnel pour initier cette démarche. C'est impossible !"

Ce mercredi les élèves sont accueillis au collège Proudhon et encadrés même s'il n'y a pas de cours. Les professeurs, personnels de la vie scolaire et les parents d'élèves, envisagent de renouveler l'opération s'ils ne sont pas entendus par l'Académie de Besançon.

Sur le même sujet

Les + Lus