Besançon : près de 700 jeunes en situation de fragilité sociale participent à la première “journée inter-cordées”

Près de 700 collégiens et lycéens de l'académie de Besançon se sont retrouvés ce jeudi 23 janvier, à l'occasion de la première "journée inter-cordées". / © France 3 Franche-Comté
Près de 700 collégiens et lycéens de l'académie de Besançon se sont retrouvés ce jeudi 23 janvier, à l'occasion de la première "journée inter-cordées". / © France 3 Franche-Comté

Près de 700 jeunes de classes de 3e et de lycée ont participé, ce jeudi 23 janvier, à la première "journée inter-cordées" à Besançon. L'objectif : aider ces collégiens et lycéens en situation de fragilité sociale à se projeter dans leurs études.

Par Antoine Belhassen

Des élèves de Belfort, Vesoul, Saint-Claude et de bien d'autres villes se sont retrouvés, ce jeudi 23 janvier, sur le campus universitaire de la Bouloie à Besançon, à l'occasion de la première "journée inter-cordées". Toute la journée, près de 700 élèves en situation de fragilité sociale ou issus de quartiers prioritaires ont été reçus sur différents sites afin d'évoquer leurs possibilités lors de leurs études supérieures.

Ces jeunes, issus des dispositifs "Parcours d'excellence" et "Cordées de la réussite", ont été reçus par 68 accompagnateurs, tous étudiants, sur 4 sites différents. Certains d'entre eux ont sensibilisé les jeunes sur les sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion (UFR SJEPG), quand d'autres étudiants ont évoqué le champ des possibles dans les métiers du sport (UFR Sports). L'UFR ST (les sciences techniques) ainsi que l'IUT de Besançon ont également présenté leur filière.

L'égalité homme-femme comme thématique

"C'est la première fois qu'une telle action est menée sur l'académie de Besançon. On ne s'attendait pas à tant de réponses positives et de participants", explique Laurent Bertrand, référent académique des dispositifs "Parcours d'excellence" et "Cordées de la réussite" au sein du rectorat de Besançon. "Ces deux dispositifs nationaux ont été créés au milieu des années 2000 lorsque les pouvoirs publics se sont rendu compte que l'ascenseur social ne fonctionnait pas", poursuit-il.

La mission du jour est donc d'aider ces jeunes, tous engagés volontairement dans le dispositif, à se projeter, développer leur approche culturelle et leur connaissance du monde économique et professionnel.

Entre les différents sites, quelques ateliers ont été organisés afin de sensibiliser les participants autour de la question de l'égalité homme-femme, "un enjeu majeur dans les années à suivre, notamment pour ces jeunes", conclut Laurent Bertrand.
 
 
Comment construire un projet d'études quand on est lycéen?
Réponse à l'université, où des ateliers découverte étaient organisés ce jeudi 23 janvier 2020.

Sur le même sujet

Les + Lus