Cet article date de plus de 4 ans

GBDH : Christophe Viennet n'est pas reconduit comme entraîneur

Coach de l'équipe professionelle masculine de handball de Besançon depuis huit ans, Christophe Viennet vient d'apprendre qu'il n'entraînerait plus l'équipe première dès cet été. Les dirigeants du GBDH souhaitant donner un nouveau souffle au club. 
Christophe Viennet est un enfant du club de handball bisontin. Il a fini sa carrière de joueur professionnel à l'ESBM, y a appris le métier d'entraîneur avant de devenir officiellement le coach il y a huit ans de l'équipe de Pro D2, devenue le Grand Besançon Doubs Handball à la rentrée 2015. Huit ans, une belle longévité dans le milieu. "Je ne suis ni triste, ni surpris, explique Chritophe Viennet. Je m'en doutais un peu, j'ai senti le revirement. Ce sont des choses qui arrivent dans ce milieu-là. La vie continue..." Aujourd'hui l'équipe se bat pour rester dans l'élite et les dirigeants du club cherchent un moyen de relancer la machine. 

"C'est une réflexion globale au sein du club. Nous avons fait le bilan de toutes ces années, à tous les niveaux et il est vrai qu'une certaine routine s'est installée...", confie le président du GBDH, Christophe Vichot. "La décision n'a pas été facile à prendre. Nous nous sommes réunis plusieurs fois en comité directeur et avons pas mal débattu. Nous avons estimé plus honnête d'annoncer cela à Christophe maintenant, plutôt qu'un mois avant la fin du championnat". Une décison d'autant plus douloureuse qu'elle est risquée. Aucun successeur n'est annoncé. Même si les candidatures spontanées sont déjà nombreuses. 


Un autre poste au sein du club ? 


Le GBDH est en pleine restructuration. "Nous avons besoin de plusieurs salariés et de nouvelles compétences à la tête du club, poursuit Christophe Vichot. Christophe Viennet pourrait y prendre de nouvelles fonctions". Rien n'est exclu de part et d'autre. Christophe Viennet se laisse le temps de la réflexion : "J'ai des pistes pour rester dans le monde du handball, à Besançon ou ailleurs. Mais je pourrais aussi faire une pause et changer complètement d'univers. J'avais prévu de le faire tôt ou tard, et là c'est un petit peu plus tôt que prévu, mais c'est peut-être un signe..."

Le coach a pour l'heure une dernière mission et non des moindres : maintenir son équipe en proligue d'ici le mois de mai. "J'ai déjà fait huit saisons, dans des conditions qui n'étaient pas les plus simples, avec un petit budget. Je vais mener ma mission jusqu'au bout. Avec peut-être plus de liberté d'ailleurs, en essayant de tenter des choses différentes et de ne penser qu'aux choses positives..."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handball sport