Musée de la Résistance de Besançon : la discrète résistante et déportée franc-comtoise, Odile Selb-Bogé, mise à l'honneur

Publié le
Écrit par Sarah Rebouh avec Stéphanie Bourgeot

Connaissez-vous l'histoire d'Odile Selb-Bogé ? Cette résistante de Haute-Saône a légué plus de 200.000 euros au Musée de la Résistance de Besançon (Doubs). On vous raconte.

"Odile était gaie. Elle aimait rire. Ses interventions étaient un témoignage et une leçon d'histoire. Elle montrait aux jeunes qu'il ne suffisait pas d'aborder la déportation avec compassion. Dans les camps, les plus vils comme les plus belles valeurs de l'Homme se sont révélées. Odile disait aux élèves : sans la solidarité, personne ne serait revenu des camps. Elle a pratiqué cette solidarité" a expliqué Colette Gaidry dans un témoignage touchant. Elle était l'une des amies d'Odile Selb-Bogé, résistante et déportée à Ravensbrück en 1944, décédée en 2019. C’est au collège de Champlitte qu’elle a fait sa connaissance alors qu’elle venait témoigner devant ses classes de 3e. 

Ce 27 mai 2022, à l'occasion de la Journée nationale de la Résistance, un hommage a été rendue à cette Haut-Saônoise qui n'a jamais souhaité parler d'elle et de son incroyable chemin de vie devant les médias. Son engagement et son devoir de transmission, Odile les a réservés aux jeunes générations, arpentant avec Colette Gaidry, durant 30 ans, les établissements scolaires de la région pour raconter la vie dans les camps, les durs moments mais aussi les liens indéfectibles créés à l'intérieur de ces ilots d'enfer construits par les Nazis.

215 000 euros au musée de la Résistance et de la déportation

Tout juste âgée de 23 ans et arborant une cocarde tricolore, la jeune femme déposera le 14 juillet 1940 une gerbe de fleurs au pied du monument aux morts de Port-sur-Saône, en passant au milieu des Allemands. Révoltée par l'Occupation, elle rejoindra en 1942 le mouvement communiste du Front National en Haute-Saône.

À sa mort à l'âge de 102 ans, en 2019, Odile Bogé, mariée Selb, a légué 215.000 euros au musée de la Résistance et de la déportation de Besançon, créant quelque peu la surprise. Actuellement en cours de rénovation, ce musée, l'un des plus marquants de la région Bourgogne-Franche-Comté, va profiter de l'incroyable générosité de la résistante, et lui donner une place de choix. À noter qu'Odile Bogé a également fait deux dons importants au musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) et au Secours populaire.

"Afin de donner sa pleine mesure à ses dernières volontés, ce legs sera utilisé pour le projet de rénovation du musée en finançant plusieurs opérations importantes (catalogue, scénographie, etc.)" explique le musée. La tenue de déportée ainsi que les biens personnels de cette dernière vont également être exposés. 

L'ancienne agente de liaison interrégionale au sein de la Résistance avait à coeur de soutenir le travail des conservateurs. Chaque année, elle effectuait un don au musée. Ce dernier don vient parachever l'engagement d'une vie. "Je sais que dès l'origine elle a soutenu la création du musée. Odile Bogé sera l'une des grandes figures de ce musée maintenant, alors qu'avant elle n'apparaissait pas" conclut son amie Colette Gaidry, visiblement satisfaite de ce juste retour des choses. 

Après travaux, la réouverture du musée de la Résistance et de la déportation de Besançon est prévue à l’été 2023.