Cet article date de plus de 4 ans

Quel avenir pour la friche de la Rhodiaceta ?

C'est une friche qui vieillit mal à l'entrée de Besançon. Il est grand temps de s'en occuper. Hier soir avait lieu une réunion publique dans la salle de l'auditorium du conservatoire. Le maire Jean-Louis Fousseret et son adjoint à l'urbanisme dévoilaient leur projet à long terme pour le site. 
© David Martin
Autrefois lieu de travail, aujourd'hui lieu d'expression, l'ancienne filature Rhône-Poulenc est abandonnée depuis plus de 30 ans. La ville de Besançon, propriétaire de la friche depuis l'été 2015, va engager des travaux dès le printemps 2017. Il faudra être patient. Dans quelques années verra le jour un parc de 22 hectares. Un immense parc post-industriel inscrit dans le projet global de nouveau quartier des Près-de-Vaux.

Pour commencer, il faudra désamianter. Les travaux devraient durer jusque début 2019. Ensuite viendra la démollition, et ce sont 33 000 m3 qu'il faudra retirer. L'équivalent d'un semi-remorque plein toutes les 20 minutes pendant 7 mois. Pour autant tout ne sera pas détruit.

Ce qui  va rester 

On ne touchera pas à la Cathédrale renommée Grande Galerie. Le Château d'Eau restera lui aussi sur pied. Les appartements privés du comte Hilaire de Chardonnet restent et pourraient devenir un lieu culturel. Et puis le transbordeur, le quai de déchargement des péniches est gardé. Tout le reste disparait.

Ce que devient la Cathédrale


 

durée de la vidéo: 02 min 03
Que deviendra le site de la Rhodiaceta

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture aménagement du territoire urbanisme