Recours contre l'écoquartier des Vaîtes de Besançon : le tribunal administratif rendra sa décision avant le 6 mai

Le futur écoquartier des Vaîtes, à Besançon, sera constitué d'un millier de logement, en location ou en accession à la propriété. / © France 3 Franche-Comté
Le futur écoquartier des Vaîtes, à Besançon, sera constitué d'un millier de logement, en location ou en accession à la propriété. / © France 3 Franche-Comté

Une association de  Besançon réclame la suspension des travaux de construction de l’éco-quartier des Vaîtes. Selon elle, les travaux entraîneraient  la destruction d’espèces naturelles protégées. Le tribunal administratif rendra sa décision au plus tard le 6 mai.

Par Raoul Advocat

"La ville de Besançon veut imposer un projet dit écoquartier qui va transformer le poumon vert des Vaîtes en un quartier densément urbanisé, mettant en péril des terrains agricoles et naturels, ainsi que les espèces parfois protégées y habitant" : Ce sont les termes de l’association « les jardins des Vaîtes ». Avec le soutien de France Nature Environnement (FNE), elle a déposé un recours devant le tribunal administratif contre le projet de construction de ce nouveau quartier de Besançon.

Il s’agit précisément d’un recours en référé suspension, une procédure d’urgence. Le recours vise l'arrêté préfectoral du 18 mars 2019 portant dérogation à l'interdiction de détruire, altérer, dégrader des habitats d'espèces protégées.

L’audience du tribunal administratif s’est déroulée ce jeudi 2 mai. La juridiction rendra sa décision demain vendredi, ou au plus tard le lundi 6 mai
Recours contre l'écoquartier des Vaîtes de Besançon
Le tribunal administratif de Besançon examine un recours en suspension des travaux de l’écoquartier des Vaîtes. Intervenants : Coline Maillard-Salin, avocate des requérants (associations et particuliers), Claire Arnoux, présidente de Jardin des Vaîtes. Reportage : S. Bourgeot, F. Petit, S. Chevallier.


Travaux depuis janvier 2019



Les travaux ont commencé début 2019. 1150 logements en accession à la propriété ou à la location sont prévus, sur une surface de 23 hectares.
Le 14 février 2019, le Conseil National de Protection de la Nature(CNPN) avait rendu un avis défavorable au projet d'écoquartier.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus