Régionales 2021 : Jean Castex ne sera pas présent au meeting vendredi 18 juin à Besançon Micropolis

Le Premier ministre était attendu dans le Doubs vendredi 18 juin à deux jours du premier tour des élections. Il devait venir soutenir Denis Thuriot, candidat de La République en Marche aux élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

Jean Castex, premier ministre
Jean Castex, premier ministre © Alexis Sciard - maxPPP

Le nouvelle est tombée en début d'après-midi. L'équipe de campagne de Denis Thuriot annonce que Jean Castex ne se déplacera finalement pas sur Besançon. Le Premier ministre étant cas contact depuis le 9 juin, il a du resserrer son agenda en cette fin de semaine, il sera présent au Creusot jeudi 17 juin pour soutenir la liste de Denis Thuriot. Le meeting bisontin de fin de campagne, le lendemain est maintenu.

Un meeting. Un mot qu’on croyait avoir disparu de la campagne électorale en raison de l'épidémie de covid-19. Il se tiendra à 17 heures à Besançon Micropolis. Depuis le 19 mai, les meetings sont autorisés dans les établissements recevant du public dans les limites du protocole sanitaire, c’est-à-dire une configuration assise, et une jauge de 65% depuis le 9 juin.
 

Un président de la République et trois ministres pour soutenir Denis Thuriot


Denis Thuriot, candidat de LREM a bénéficié de plusieurs visites ministérielles lors de cette campagne.


Le 21 mai, Emmanuel Macron a choisi Nevers pour parler culture et lancer la généralisation du pass culture lors d’un déplacement officiel. La Nièvre fait partie des 14 départements qui expérimentent le pass culture depuis deux ans. Mais Nevers, c'est aussi la ville de Denis Thuriot, tête de liste LREM aux élections régionales des 20 et 27 mars en Bourgogne-Franche-Comté.

Le 5 juin Olivier Véran, ministre de la Santé était aux côtés de Denis Thuriot dans les rues de Chalon-sur-Saône puis au Creusot, en Saône-et-Loire. Un soutien de poids pour le maire de Nevers, alors que le Rassemblement National est donné en tête des intentions de vote au premier tour.

Le 10 juin, c’est le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui s’est déplacé à Dijon. "Ils viennent surtout soutenir un territoire. Un territoire qui est en danger", expliquait alors Denis Thuriot face à cette succession de visites ministérielles dans une région que la RN estime prenable. "Nous sommes ce bouclier parce que nous ressemblons à la majorité des Bourguignons et des Francs-comtois. Il faut que nos concitoyens comprennent que leur avenir n'est certainement pas dans les mouvements d'extrême droite." En réaction à la visite de Gérald Darmanin, Julien Odoul, tête de liste RN aux régionales a dénoncé un "tourisme électoral" de la part du Ministre, qui préfère "soutenir le candidat macroniste" que lutter contre "l'insécurité et l'ensauvagement". Julien Odoul avait reçu lui-même quelques jours plus tôt la visite de Marine Le Pen.
 

Denis Thuriot et La République en Marche crédité de 16% des intentions de vote au premier tour


Selon le sondage Ipsos Sopra Steria réalisé pour France 3 Bourgogne-Franche-Comté le 9 juin, Julien Odoul (RN) arrive en tête des intentions de vote, il obtiendrait 28 % des voix au premier tour des élections régionales. Il devancerait nettement ses adversaires principaux.


À égalité derrière lui, Marie-Guite Dufay (PS) et Gilles Platret (LR). Les deux listes (PS-PCF-PRG) et LR-UDI-DLF recueilleraient 21 % des intentions de vote selon cette enquête. La liste LREM-Modem-Agir de Denis Thuriot arriverait en quatrième position avec 16 % des voix. Quatre listes seraient donc en position de se maintenir au second tour des régionales. Denis Thuriot n’a pas exclu la possibilité de rejoindre Marie-Guite Dufay au second tour s’il faut faire barrage au RN. Lors du débat sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, le candidat de LREM a déclaré qu’il “saura se montrer intelligent”.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections la république en marche