Rififi à la fac de droit de Besançon

Des étudiants de première année de droit protestent sur les réseaux sociaux contre la sévérité d'un de leurs professeurs. Lors d'un l'examen, 2 seulement sur 400 inscrits ont obtenu la moyenne. L'université valide les notes mais l'enseignant aura désormais d'autres élèves.

Par Aline Bilinski

Le partiel d'histoire du droit du premier semestre a bien du mal à passer pour les 400 étudiants inscrits. Seuls, 2 d'entre eux ont décroché la moyenne et 80% environ n'ont obtenu que 1/20 voire un zéro pointé. Indignés, ils ont décidé de protester via les réseaux sociaux et ont même mis en ligne une pétition pour dénoncer cette situation.


Un premier semestre houleux

Dès le début de l'année, le contact n'a pas vraiment été établi entre les étudiants et l'enseignant, qui n'est pas encore maître de conférence. Selon les étudiants, celui-ci s'est montré très exigeant et beaucoup ont même rapidement renoncé à assister à ses cours. Absences répétées, niveau trop insuffisant, notation sévère, autant de facteurs qui ont sans doute conduit à des résultats catastrophiques. 

Arbitrage de la doyenne de la faculté de droit 


Face à l'hécatombe, les étudiants ont demandé audience auprès de la doyenne de la faculté de droit. Celle-ci affirme que plusieurs rencontres ont eu lieu avec le professeur concerné. Si elle reconnaît la sévérité de la notation, elle a validé les notes obtenues mais a décidé de confier à un autre enseignant, les heures et les corrections de l'examen de rattrapage comme de celui du second semestre. Le professeur "trop sévère" n'enseignera plus aux étudiants de première année. L'Université souligne que ce n'est la pétition (et les quelques 200 signatures recueillies) qui est à l'origine de cette décision. 

Rifif à la fac de droit de Besançon
L. Ducrozet/D. Colle

 

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus