• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

VIDEO. Besançon : l'engouement du vélo électrique

Un vélo électrique pour aller au travail. Pourquoi pas vous ? / © France 3 Franche-Comté : Denis Colle
Un vélo électrique pour aller au travail. Pourquoi pas vous ? / © France 3 Franche-Comté : Denis Colle

640 passages de vélos dans la rue des Granges ». C’est le bilan d’un dernier comptage journalier au centre-ville de Besançon. Un flux de cyclistes comprenant de plus en plus en plus de vélos « électriques ».

Par Jean-Luc Gantner

Depuis dix ans, la progression est exponentielle sur ce marché qui représentait plus de 10% des ventes totales de cycles en 2017 selon l'Observatoire du vélo. Entre 2016 et 2018, les achats de vélos à assistance électrique (VAE) a plus que doublé en France, et Besançon semble suivre le même mouvement.

Plus de cycles et plus de vélos électriques : c’est justement le choix suivi par le Grand Besançon pour accompagner et développer sa politique de mobilité.  Les vélos électriques ont de quoi effacer le problème posé par les nombreux reliefs naturels autour de la Boucle par exemple. Rédhibitoires pour les personnes dont la pratique du sport rebute où qui  rechignerait à mouiller la chemise avant de se rendre au bureau.

Une volonté de la collectivité, marquée en particulier par un dispositif d’indemnisation kilométrique (IKV) à l’adresse des ses 2.900 salariés. L’attribution d’un forfait annuel de 200 € pour quiconque prend son guidon plutôt que le volant de sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail au moins 80% de son temps de déplacement. 

 
Besançon : l'engouement du vélo électrique
Le développement du vélo passe par le vélo électrique. A Bersançon,ils sont de plus en plus nombreux à circuler au centre-ville...on en compterait 600 par jour. Avec Thierry Morton Elu, adjoint à la mairie de Besançon Romain Walger Commerçant et industriel (depuis 2014) Reportage JL Gantner, D.Colle.
 

Trois fois plus de salariés sur leur vélo grâce à l’IKV


Deux ans après sa mise en place, une enquête globale fait ressortir que 9% des salariés du Grand Besançon et du CCAS également concernés, font le choix du vélo pour leurs déplacements quotidiens. Soit 3 fois plus en moyenne si l’on rapporte le chiffre à la pratique d’un salarié qui ne bénéficierait d’aucune aide spécifique à ce mode de transport.

L'enquête rapporte aussi les nombreux bienfaits de ce choix sur la santé des salariés. Un salarié « cycliste » diminuerait de 15% son temps total d’arrêt de travail pour raisons médicales. Une meilleure santé grâce à l’amélioration de la dépense physique et une amélioration de son pouvoir d’achat si l’on considère les économies réalisées en laissant sa voiture au garage, voire pour quelques privilégiés, de s’en dispenser complètement. En tout cas : un vrai « geste pour la planète » !


L’un des premiers VAE « français » est né à Besançon.


Besançon  fut la première ville de France à accueillir dans ses murs la création d’une toute jeune marque française de VAE à la fin des années 2000. Des pièces évidemment fabriquées sur le sol chinois, mais toutes assemblées dans l’agglomération bisontine. Une idée commerciale qui depuis a fait du chemin, notamment avec la création de la marque Proxy » développée par Romain Walger depuis 2014.  Une société en pleine progression sur « un marché où tout va très vite ! » selon le jeune chef d’entreprise qui vient d’augmenter ses points de vente en 2017, passant à quatre établissements commerciaux spécialisés dans la vente de vélos électriques dans la région.

Ce développement de l’usage du vélo reste toutefois « très timide » comparé aux pays du Nord où les politiques d’incitation sont les plus fortes depuis vingt ans.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus