• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dans votre assiette, le lundi sera-t-il vert désormais ?

© Pixabay
© Pixabay

Un lundi, voire tous les lundis sans viande ni poisson. L'appel est lancé par 500 personnalités, artistes, universitaires, politiques. Pourquoi donc ? 

Par Sophie Courageot

Qui appelle au lundi vert ? 


Isabelle Adjani, Yann Arthus-Bertrand, Juliette Binoche... 500 personnalités ont appelé la semaine dernière à un "lundi vert" sans viande ni poisson, dans le cadre d'une campagne visant à encourager un changement du comportement alimentaire des Français.

"Il existe aujourd'hui des raisons impératives de diminuer collectivement notre consommation de chair animale en France. Nous pensons que chaque personne peut faire un pas significatif dans ce sens", écrivent ces 500 artistes, scientifiques ou défenseurs de l'environnement dans une tribune publiée sur le site du Monde. Certains sont déjà végétariens, mais d'autres s'engagent par ce texte à ne plus manger ni poisson ni viande tous les lundis de 2019.
    

Plusieurs ONG soutiennent l'opération ?


L'opération lundi vert est soutenue par plusieurs ONG comme Greenpeace ou Sea Shepherd "a pour ambition de sensibiliser notre pays à la nécessité de modifier son comportement alimentaire pour des raisons qui s'additionnent: l'environnement, la santé et l'éthique animale", a explique Laurent Bègue.

Au-delà des 500 personnalités signataires, il espère que 50.000 à 500.000 personnes iront s'engager sur le site www.lundi-vert.fr à ne plus manger ni poisson ni viande le lundi en 2019. 
 

Lundi vert, que faut-il faire ? 


Vous pouvez vous inscrire en remplissant un questionnaire sur vos habitudes alimentaires, et votre sensibilité avec le monde animal.
Chaque lundi pendant un an, les participants devront dire s'ils poursuivent ou non leur engagement, et recevront un court message "pour renforcer (leur) motivation la plus saillante", indique Laurent Bègue.
 

Non à l'élevage industriel et la déforestation 


La campagne met en avant l'élevage industriel, facteur majeur de la déforestation qui aggrave le réchauffement climatique, la surpêche qui détruit les écosystèmes, les risques de cancer liés à la consommation de viande rouge, ou encore la souffrance animale. Les participants recevront des recettes pour les aider à trouver des alternatives. 

Sur le même sujet

Signature du plan Schuman le 18 avril 1951

Les + Lus