Vigile tué à Besançon : le suspect mis en examen pour homicide volontaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julia Serrano .

Un homme de 24 ans a été entendu cet après-midi par le juge d'instruction. Il est identifié comme étant l'auteur présumé des deux coups de couteau portés à Mamadou Diedhiou, grâce aux caméras de surveillance.  

L'auteur des coups de couteau

Cet homme de 24 ans, sans emploi et domicilié dans le quartier d'Orchamps était déjà connu des services de police pour des délits mineurs. Il a été présenté au juge d'instruction ce mercredi et  mis en examen pour homicide volontaire. Il sera placé en détention provisoire dans l'attente de son jugement. Il encourt 30 ans de réclusion criminelle. 



L'autopsie révèle la cause du décès

L'autopsie de Mamadou Diedhiou, effectuée ce matin a révélé deux blessures causées par une arme blanche, une à la cuisse droite, l'autre au coeur. C'est cette dernière qui lui a coûté la vie. Avant de recevoir les coups de couteau, Mamadou Diedhiou a été encerclé et frappé par ses agresseurs.



Les autres suspects sont toujours recherchés

L'arme du crime n'a pour l'instant pas été retrouvée. Les autres suspects sont toujours recherchés par les forces de l'ordre, ils ont cependant été identifiés grâce aux caméras de surveillance. La procureure de la République, Edwige Roux-Morizot, les "engage vivement à venir s'expliquer" devant les enquêteurs de la sûreté départementale, en charge de l'enquête.



durée de la vidéo: 01 min 30
Hichem Djebaili, 24 ans a été entendu cet après-midi par le juge d'instruction. Il est identifié comme étant l'auteur présumé des deux coups de couteau portés à Mamadou, grâce aux caméras de surveillance. Avec Edwige Roux-Morizot, procureure de la République. Reportage d'Adrien Gavazzi et Sylvie Françoise






Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité