Handicap : Campagnes électorales inadaptées, recrutement difficile dans le secteur médico-social...Le collectif d'associations de l'UNAPEI est en colère

Publié le Mis à jour le

L'Unapei déplore que les personnes handicapées ne soient pas assez prises en compte à l'occasion des campagnes électorales. En plein dans les législatives, la section Bourgogne-Franche-Comté de l'association attire l'attention des candidats et candidates à l'Assemblée nationale.

C'en est trop pour l'Unapei ! L'association représente notamment les personnes en situation de handicap intellectuel, physique ou ayant des troubles autistiques. D'après le collectif de 21 associations, les personnes handicapées ne sont pas suffisamment prises en compte au cours des campagnes électorales. La section Bourgogne-Franche-Comté est en colère : les législatives se déroulent en ce mois de juin. Le constat n'est pas bon selon l'union qui se dit "apolitique et laïque".

Les personnes en situation de handicap peu prises en compte lors des campagnes électorales

"Le processus de vote n'est pas réellement accessible à tous. Les professions de foi des candidats ne sont pas traduites en Facile à lire et à comprendre. Ce qui représente un problème par exemple, pour les personnes ayant un handicap intellectuel. Il n'y a pas non plus de fléchage dans les bureaux de vote", tonne Lauriane Prandato.

Pour la déléguée régionale de l'Unapei en Bourgogne-Franche-Comté, le personnel politique de la région a encore beaucoup à faire. "Notre objectif était d'assurer une rencontre par département. Dans le Doubs, il y en a finalement eu trois. Nous avons envoyé 200 invitations aux candidats pour les législatives. Il n'y a eu que 30 rencontres, avec des responsables politiques de diverses tendances selon les départements", assure la responsable associative.

Si certains élus ont répondu favorablement à ces invitations, d'autres se sont défilés. "Il y a parfois eu zéro réponse ou même des candidats qui disent vouloir se concentrer sur leurs concitoyens. Sans compter les rendez-vous pris, finalement décommandés", détaille-t-elle.

Deux revendications principales

L'union de 21 associations a deux exigences qu'elle considère comme urgentes. "Les candidats doivent être sensibilisés au fait que les personnes handicapées aient vraiment l'accès au droit de vote. Elles doivent pouvoir parler directement à ces candidats. Elles ne doivent pas juste être cantonnées à leur condition, mais avoir le droit au même titre qu'une personne non-handicapée de poser une question sur des sujets du quotidien comme le pouvoir d'achat ou encore sur l'environnement", expose Lariane Prandato. 

Autre sujet qui préoccupe l'association : les problèmes de recrutement dans le secteur médico-social. Il s'agit des maisons d'accueil spécialisées, des foyers de vie et des ESAT (Etablissements de service et d'aide par le travail). L'association veut attirer l'attention des candidats sur ce thème. "Comme c'est le cas pour l'hôpital actuellement, le secteur a du mal à recruter. Ce qui se ressent sur la qualité de la prise en charge des personnes en situation de handicap", ajoute la déléguée régionale de l'Unapei.

L'association prévoit d'organiser d'autres actions pour sensibiliser les politiques, au-delà de cette campagne des législatives.