• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nouvelle distillerie à Pontarlier, l'absinthe a chaque jour plus de succès

© Patrick Grand
© Patrick Grand

En 2015, trois distilleries artisanales menées par des agriculteurs bio s'ouvraient dans le Haut-Doubs. Ce samedi, c'est un producteur suisse, Patrick Grand, qui ouvre un atelier à Pontarlier même. Une émulation plutôt qu'une concurrence. 

Par Florence Cicolella

Samedi 19 novembre est officiellement inaugurée la distillerie Grand de Pontarlier. Un atelier dans la vieille ville qui s'ouvre avec une cinquantaine de bouteilles en stock. D'autres "cuites" suivront et la production devrait grossir si les ventes se passent bien. Patrick Grand n'ambitionne ni plus ni moins de devenir "n°1 mondial" ! Patron d'un hôtel-restaurant à Fleurier (Val de Travers), publicitaire et distributeur de trotinettes, l'entrepreneur suisse a racheté il y a quelques années un alambic. Il distille dans une petite chapelle de Fleurier comme le faisait jadis clandestinement le pasteur des lieux. Il cultive des plants d'absinthe, de la mélisse et de la menthe poivrée et produit 2 000 litres par an. 

Joli clin d'oeil : en 1805, Henri-Louis Pernod, venu du Val-de-Travers ouvrait sa première distillerie de l'autre côté de la frontière à Pontarlier. 211 ans plus tard, Patrick Grand apprécie d'être le premier suisse à refaire le chemin après la réautorisation de l'appelation "Absinthe" en 2011. Cette installation à Pontarlier permet à Patrick Grand de pénétrer le marché de l'Union Européenne. Il a investi 20 000 € et veut commencer modestement. Pas de souci de voisinage avec les deux grandes maisons de la capitale du Haut-Doubs, Pernot et Guy, qui produisent bien plus, des dizaines de milliers de litres par an et une gamme complète de boissons. Le Suisse travaille même avec elles. Dominique Pernot l'aide à réceptionner ses bouteilles et François Guy lui vend son alcool. 

Pour Pierre Guy (le fils de François), l'apparition de nouvelles maisons dans le secteur est "plutôt positive. Elle crée de l'émulation et prouve que l'absinthe de Pontarlier est synonyme de qualité. Il y a juste un siècle, avant l'interdiction, il y avait 23 distilleries à Pontarlier et tout le monde se portait très bien !"

Il est vrai que la production d'absinthe semble être un cercle vertueux depuis quelques années. En 2015, pas moins de trois distilleries artisanales en lien avec des explotations agricoles bio se sont ouvertes : Bourgeois à Arçon, La Semilla aux Fourgs et Marguet-Champreux à Dompierre-les-Tilleuls, qui vient d'ailleurs de s'agrandir. Visites, découvertes de l'alambic et dégustation à l'appui. Chacun semble trouver son public. En attendant la parution officielle peut-être bientôt d'une indication géographique "Absinthe de Pontarlier" dont le dossier est toujours en cours d'étude à Bruxelles. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : de nombreuses animations vous attendent pour le Mois des Climats !

Les + Lus