Quotas d'immigration pour certains métiers : Pour la députée Annie Genevard, "cela va faire augmenter l'immigration"

Invitée de RFI/France 24, la députée LR du Doubs estime que les mesures annoncées par le gouverment "sont hors de proportion avec la réalité". 

Annie Genevard, députée du Doubs LR
Annie Genevard, députée du Doubs LR © Thomas Padilla - maxPPP
Elle était l'invitée de la matinale de RFI à 7h50. Annie Genevard, vice-présidente de l'Assemblée nationale, présidente du Conseil national des Républicains, a estimé que les mesures du gouvernement en matière d'immigration, qui ne concernenent "que le domaine économique", sont "hors de proportion avec la réalité".

"Cette notion de quotas, nous en avons parlé lors de la présidentielle, à cette différence près et elle est de taille: nous voulions appliquer des quotas à l'ensemble de l'immigration" tandis que le gouvernement propose d'instaurer des quotas "uniquement dans le domaine économique", a affirmé Annie Genevard alors qu'Edouard Philippe doit détailler ce mercredi ses mesures sur l'immigration.

"L'immigration économique, c'est 13% de l'immigration. Ça veut dire que neuf immigrés sur dix échapperont à la notion de plafonnement de quotas. Instaurer un quota en matière économique, ça veut dire augmenter l'immigration", a-t-elle argué.
 
Pour LR, "la voie à privilégier, c'est de réduire l'immigration parce qu'aujourd'hui, elle est trop importante (...) Ce que propose le gouvernement est hors de proportion de la réalité de l'immigration dans notre pays. Oui aux quotas si c'est pour plafonner l'ensemble des flux migratoires", a-t-elle insisté.  

"On voit bien que le gouvernement n'ose pas chatouiller sa majorité de gauche et il ne touche pas aux autres flux, c'est-à-dire le regroupement familial, les mineurs non accompgnés, le dévoiement du droit d'asile. 80% des déboutés du droit d'asile restent en France, c'est absolument dramatique". Selon la députée du Doubs et ancien maire de Morteau, "l'offre de soins pour les personnes en situation irrégulière est un facteur d'attractivité. C'est triste à dire mais c'est comme ça. De tous les pays d'Europe, la France est celle qui offre les meilleurs soins".
   

L'immigration ne se traite pas avec une calculette selon la France Insoumise


Adrien Quatennens, député et numéro deux de LFI, a déclaré ce mercredi que la question de l'immigration ne se traitait "pas avec une calculatrice", réaffirmant l'opposition de son parti aux quotas d'immigrés économiques souhaités par le gouvernement.
"Je ne suis pas d'accord avec le fait que l'immigration, les mouvements de population, soient traités uniquement à travers la calculatrice et des tableaux excel, c'est-à-dire des quotas", a dit Adrien Quatennens sur RMC/BFMTV.
"Il y aurait donc une bonne et une mauvaise immigration? Ce n'est pas sérieux", a-t-il ajouté, alors que le Premier ministre s'apprête à annoncer l'instauration de quotas d'immigrés économiques.
 

Quotas d'immigration économique : ça veut dire quoi exactement ?


Le gouvernement doit annoncer ce mercredi 6 novembre à l'issue d'un Comité interministériel sur l'immigration, une vingtaine de mesures. 

Des "quotas" ou "objectifs chiffrés" d'immigrés "professionnels" vont eux être fixés chaque année, dès l'été 2020, pour que la "France recrute" en fonction de ses besoins de travail, a expliqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

La "liste des métiers en tension", "pas actualisée depuis 2008", va être revue "avec les partenaires sociaux, les régions", a précisé le secrétaire d'Etat Gabriel Attal.
 
Cette liste regroupe 30 métiers dont informaticien, technicien de la construction mécanique, maintenance ascenseurs ou conducteur de travaux.  L'objectif du gouvernement est de faire des listes plus proches des bassins d'emploi, avec des objectifs chiffrés par métier et qui seraient revus chaque année pour s'adapter aux besoins de l'économie. En tête des métiers où les difficultés de recrutement sont les plus élevées, figurent les carrosseurs automobiles, les couvreurs zingueurs, les plombiers chauffagistes mais aussi l'aide à domicile.
   
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immigration société politique migrants emploi économie