Peugeot Scooters : la suppression de 90 emplois discutée en comité d'entreprise extraordinaire

© France 3 Franche-Comté : Eric Debief
© France 3 Franche-Comté : Eric Debief

Le CE de l'usine de Mandeure dans le Pays de Montbéliard (Doubs) se réunit ce jeudi 6 septembre. La direction veut supprimer un quart des effectifs. 

Par Sophie Courageot

La réunion a débuté ce matin 8 heures. Le CE se poursuivra encore vendredi. Les élus ne siègeront pas cet après-midi pour assister à des obsèques. Des syndicats qui restent très discrets sur les discussions en cours. L'heure est grave, ils savent que des licenciements secs vont sans doute intervenir dans l'usine de Mandeure. 

Le 5 juillet dernier, le constructeur de deux-roues Peugeot Motocycles, filiale du groupe indien Mahindra, avait annoncé la suppression de  90 emplois d'ici à l'an prochain à son siège et usine en France de Mandeure.

L'entreprise de Mandeure emploie 373 salariés. Les départs interviendront jusqu'en mars 2019, avec l'objectif qu'ils se réalisent "au maximum" par le volontariat, avait alors précisé le PDG de Peugeot Motocycles, Costantino Sambuy.

Sinon, "ce sera des licenciements secs", a décrypté Cyril Lucquet, responsable CFDT. Le responsable syndical a exprimé son inquiétude sur la pérennité du site de Mandeure, dernière usine française de deux-roues. "C'est notre cinquième plan de réduction d'effectifs depuis 2003. Nous allons être moins de 300 salariés, c'est très peu", confiait Cyril Lucquet.
 
© France 3 Franche-Comté : Maxime Meuneveaux
© France 3 Franche-Comté : Maxime Meuneveaux

    
Peugeot Scooters, qui se rebaptise Peugeot Motocycles, est depuis 2015 contrôlé à 51% par le groupe indien Mahindra, tandis que le groupe PSA a conservé le solde des parts.

Martial Bourquin, sénateur du Doubs tire la sonnette d'alarme sur cette usine qu'on laisse mourir selon lui à petit feu. Il sera reçu les 17 et 18 septembre par le CIRI (Comité interministériel chargé de la reconstruction industrielle). Cette structure a pour mission d'aider les entreprises en difficultés à élaborer et mettre en oeuvre des solutions permettant d'assurer leur pérennité et leur développement. 

Sur le même sujet

Prélèvement à la source : les entreprises s'organisent

Les + Lus