Montbéliard : un papa en grève de la faim pour partir en vacances avec sa fille

Le père d'une enfant de huit ans a entamé une grève de la faim, vendredi 3 juillet dernier, à Montbéliard devant le logement de son ex-compagne. Il demande à récupérer sa fille pour partir quinze jours en vacances avec elle.

Un père de famille a entamé, ce lundi 6 juillet, son quatrième jour de grève, à Montbéliard, pour obtenir des vacances avec sa fille.
Un père de famille a entamé, ce lundi 6 juillet, son quatrième jour de grève, à Montbéliard, pour obtenir des vacances avec sa fille. © France 3 Franche-Comté
Devant le numéro 2 de la rue du Petit Chenois, à Montbéliard, Fabrice s'est installé avec un grand drap blanc. "Pas de vacances sans ma fille. Droits des enfants, 50 % maman, 50 % papa, 100 % heureux. Pour une justice paritaire", est écrit dessus en grosses lettres noires.

Depuis le vendredi 3 juillet dernier, ce père d'une enfant de 8 ans a entamé une grève de la faim. Il souhaite passer quinze jours de vacances avec sa fille. Comme son jugement le stipule, il a le droit de garde de sa fille une semaine sur deux, et la moitié des vacances scolaires.

Une conséquence du Covid-19

Cette année, le Covid-19 a eu des conséquences. Son employeur n'a pas pu communiquer ses congés à temps, à cause de la crise du coronavirus. Ce n'est qu'une fois la date limite dépassée pour avertir son ex-compagne, que Fabrice a pris connaissance de ses vacances.

Il voulait partir avec elle du 3 au 18 juillet. Au premier jour de ces vacances, il s'est heurté à une porte close. Ni son ex-compagne, ni sa fille étaient présentes dans le logement à son arrivée. Ce n'est pas la première fois que cela lui arrive. Selon lui, il en serait à la neuvième plainte déposée à la police pour "non-représentation".

Depuis vendredi, Fabrice est resté sur place. Il a dormi deux fois dans sa voiture garée sur le parking de la résidence. Depuis dimanche soir, il a pris ses quartiers dans une tente installée sur un carré de pelouse, au pied des immeubles.

Le soutien d'une association

"Je suis fatigué, mais je tiens parce que j'ai vraiment envie que cela aboutisse à quelque chose", explique ce papa de 43 ans. "Il est prêt à rester là, sur place, jusqu'à la fin des vacances qu'il devait passer avec sa fille", explique l'association SosPapa68, qui est venue l'encourager, ce dimanche 5 juillet. Ils étaient une dizaine de pères à être venus à sa rencontre.

Un soutien qui s'est élargi depuis le début de son action : "Depuis vendredi, j'ai reçu une centaine de sms de papas qui sont dans la même situation que moi. J'ai reçu également le soutien de mères qui ne comprennent pas que le système soit aussi peu paritaire. Je veux juste qu'il y ait une égalité, je ne cherche pas à enlever cette enfant à sa mère."

Maître Yannick Barré, avocat au barreau de Montbéliard et spécialisé dans les affaires familiales, explique pourquoi cette situation n'est pas inédite : "Je ne pense pas que l'on puisse parler de discrimination juridique parce que ce n'est pas quelque chose d'organisé. Mais, c'est un problème de mentalité à mon sens sur le rôle du père. Cette mentalité est amenée à évoluer. Il faut mettre en avant les capacités éducatives du père, qui sont moins évidentes pour certains juges que celles des mères."
 
Montbéliard : un père en grève de la faim pour voir son enfant ©Un reportage d'Eric Poirot, Eric Debief et Emmanuel Dubuis.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social société famille
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter