Le marché automobile français démarre bien l'année grâce à Peugeot

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Le marché automobile français a progressé de 2,5% en janvier sur un an, tiré par une bonne performance de Peugeot, selon les chiffres publiés jeudi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Par Sarah Rebouh

Les groupes français dans leur ensemble (+11,7%) ont fait nettement mieux que leurs concurrents étrangers qui ont baissé de 8,5%, tirés vers le bas par le groupe Volkswagen (-14,3%) empêtré depuis 2015 dans le scandale des moteurs diesel truqués.

Le numéro un mondial de l'automobile a de nouveau défrayé la chronique ces derniers jours, pour son implication dans l'organisation de tests d'émissions polluantes sur des singes et sur des humains. Près de 157.000 voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de France sur le premier mois de l'année, qui comptait le même nombre de jours ouvrables que janvier 2017.

La hausse de 2,5% marque toutefois un ralentissement par rapport à la croissance du mois de décembre (+9,4% hors effet de calendrier) et celle de l'année 2017 (+4,7%).
Avec des immatriculations en hausse de 18,5%, le groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS) a été la principale locomotive du marché, aidé par l'ajout des chiffres de sa filiale Opel, qui était l'an dernier dans le giron de General Motors.

Par marque, Peugeot a dominé ses rivales avec une progression de 10,5%, confirmant son statut de numéro un en France avec plus de 20% de part de marché. La marque au lion surfe sur le succès de ses 4x4 urbains, les 2008, 3008 et 5008.

En revanche, au sein du groupe, Citroën se contente d'une hausse de 2,7% alors que DS, jeune label aux aspirations luxueuses mais en manque de nouveaux produits, chute de 13,7%. Opel, resté stable par rapport à janvier 2017, apporte à PSA près de 5.500 immatriculations supplémentaires.

Dacia devant Volkswagen


Si le groupe Renault progresse de 2,9%, la seule marque au losange (au deuxième rang français derrière Peugeot) baisse de 0,7%. Sa filiale roumaine Dacia, connue pour ses véhicules à bas coûts, fait en revanche des étincelles en augmentant ses immatriculations de 14,3%.

Dacia, qui vient de lancer une nouvelle version de son 4X4 urbain Duster, est devenue en janvier la quatrième marque du marché, derrière Citroën, en dépassant la marque Volkswagen, qui a chuté de 17,7%. La part de marché du label roumain culmine à 6,3% contre 5,5% pour Volkswagen, le mois dernier.

Au sein du mastodonte allemand aux 12 marques, la filiale "premium" Audi a dégringolé de 28,2%. En revanche, dans des volumes un peu inférieurs, Skoda (+15%) et Seat (+4,4%) ont fait mieux que la moyenne du marché.

Le japonais Toyota (avec Lexus) brille comme ces derniers mois. Il progresse de 6,9% en janvier, porté par sa gamme de véhicules hybrides essence/électrique, dans un contexte de déclin du diesel. Sa part de marché atteint 5,4%. Il s'installe nettement devant Ford (-2,6%) dont la part de marché baisse à 4,4%, et Fiat Chrysler (FCA) (+9,4%), juste derrière avec 4,3% de part de marché.

Du côté des marques allemandes haut de gamme, BMW baisse de 10%, mais le groupe reste stable (+0,3%) grâce à la forte hausse des immatriculations de Mini (+23,9%).
Le groupe Daimler (+35,9%) fait nettement mieux grâce aux marques Mercedes (+39,4%) et Smart (+15,9%). Sa part de marché atteint 2,1%. Par ailleurs, le japonais Nissan (partenaire de Renault), connu pour ses 4X4 Qashqai et X-Trail, baisse de 7,9%. Avec 3% du marché, il arrive en janvier derrière le groupe coréen Hyundai (avec Kia) qui progresse de 12% et dont la part des immatriculations atteint 3,6%.

Sur le même sujet

C'est votre tour - Des roulottes 100% made in Bourgogne !

Près de chez vous

Les + Lus