• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

L’Espérance, un magasin alimentaire coopératif depuis 1909

Un magasin alimentaire coopératif créé en 1909 / © Pixabay
Un magasin alimentaire coopératif créé en 1909 / © Pixabay

A Foncine-le-Haut dans le Jura, cela fait 109 ans que le magasin alimentaire coopératif l’Espérance répond à l’esprit de ses fondateurs. Il propose à ses sociétaires des produits à un juste prix  et le volet social des origines est remis au goût du jour.

Par Fatima Larbi

A Foncine-le-Haut, derrière le nom d’une chaîne de supermarché connue, affiché sur la façade, se cache une des plus vieilles coopératives alimentaires de la région. si le nom de cette grande chaîne de magasin s’affiche c'est que cette centrale d’achat est le principal fournisseur de la coopérative. Mais ce n'est pas une franchise, elle est restée indépendante. Elle a pour nom l’Espérance. C’est une société privée qui appartient à ses actionnaires. Son objectif est de faire des bénéfices pour continuer à exister tout en faisant des prix appropriés, permettant ainsi au plus grand nombre d’y faire ses courses.

On adapte nos prix en fonction de notre objectif. Notre but n’est pas de gagner de l’argent mais de ne pas en perdre pour pouvoir en investir un peu tout en maintenant des prix raisonnables - Jacky Lecoultre président de la coopérative l’EspéranceEE

Elle a aujourd’hui 109 ans. Elle voit le jour à une époque où il n’existe que des commerces ambulants. En Europe, les ouvriers investissent de l’argent pour avoir des commerces fixes qui proposent des produits d’épicerie à des tarifs raisonnables et des services de solidarité et de secours.
© L'Espérance
© L'Espérance
En 1909, des ouvriers diamantaires de Foncine-le-Haut, s’inspirant de ce mouvement ouvrier, crée leur propre coopérative en l’appelant "Association d’alimentation de production de prévoyance de secours et de retraite, l’Espérance". Une structure qui conjugue vocation alimentaire et économique à un rôle de solidarité et de secours qui évolue au fil du temps  suite à la création des caisses de sécurité sociale et de retraite.
Un bel âge pour un commerce qui n’a pas pris une ride. Bien au contraire ! Elle a gardé le même état d’esprit, un juste prix et rendre service sont les raisons de son existence. Les clients peuvent y trouver tous les produits d’un commerce classique : fruits légumes, produits d’épicerie, d’hygiène. Elle propose aussi des produits régionaux comme des vins où des fromages du Jura.

La société coopérative compte 620 sociétaires, des locaux, qui ont acheté chacun une action de 10 euros. Pour éviter les dérapages, chaque sociétaire ne peut posséder que 3 actions maximum. Tous les ans ils bénéficient d’une remise sur le montant de leurs achats de l’année en fonction des bénéficies : 2,5 % en 2017. Les prix sont fixés en fonction de l’objectif : ne pas perdre d’argent, en gagner un peu pour pouvoir investir en peu. Ainsi en 2017 sur un chiffre d’affaire d’1,6 millions d’euros il reste 26 000 euros de bénéfices.
© L'Espérance
© L'Espérance
Les clients sont les réels propriétaires, si les prix augmentent ils seront pénalisés - Jacky Lecoultre président de l’Espérance

Une structure économique privée dont les bénéfices permettent d’employer 7 salariés (6 à temps plein et un temps partiel) qui font vivre la coopérative. A Foncine-le-Haut, le conseil d’administration, contrairement à beaucoup d’autres, est constitué de bénévoles, ce qui lui a probablement permis de durer dans le temps.

On veut garder ça le plus longtemps possible avec les conditions de prix et de services actuels - Jacky Lecoultre président de l’Espérance

Pour rester fidèle à l’état d’esprit des fondateurs, la coopérative est revenue au "colportage" en instituant une tournée en camion. Le volet social est remis au goût du jour en allant livrer, une fois par semaine, dans les villages alentours ceux qui ne peuvent pas se déplacer, souvent des personnes âgées. Pour que le camion s’arrêtent, elles font l’effort d’acheter un petit quelque chose même si elles n’en n’ont pas besoin, juste histoire de discuter avec quelqu’un et rompre l’isolement.
Le but n’est pas le profit, le coût de fonctionnement de ces tournées n’est pas répercuté sur les produits vendus
© L'Espérance
© L'Espérance
Les clients viennent aussi au magasin pour discuter même si cela n’a rien à voir avec la vente, ça on veut le garder dans le développement du magasin - Jacky Lecoultre président de l’espérance

En 2019, l'Espérance devrait prendre un coup de jeune. Elle doit intégrer de nouveaux locaux, plus grands et plus beaux, passant ainsi d’une surface de vente de 300  à 800 mètres carrés.

On veut rester une supérette de proximité en gardant en ayant un service à la personne - Jacky Lecoultre président de l’Espérance

Il est prévu une autre nouveauté en 2019. A la demande de la commune de Foncine-le-Haut  la coopérative l’espérance doit proposer un nouveau service à ses clients : la distribution de carburant. Actuellement il faut faire 15KM pour en trouver. Une nouvelle façon de rester fidèle aux valeurs à l'origine de la création de l’espérance en 1909.

Une belle aventure que nous fait découvrir Amélie Douay dans "C’est votre tour", le mardi 22 mai 2018 en compagnie de ses invités.









A lire aussi

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création