Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h45
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

Le recrutement par simulation : une méthode concrète pour dénicher le bon candidat

Constatant que le recrutement classique (CV et entretien) n’est pas toujours efficace, Pôle Emploi développe depuis quelques années la méthode de recrutement par simulation : une mise en situation pour évaluer les capacités réelles des candidats.

Par Muriel Bessard

Revoir l'émission

Le recrutement par simulation : un test (presque) réel pour recruter

Pierre-Rémy Potte, conseiller Pôle emploi, sera un des invités de la matinale. C’est lui qui expliquera ce qu’est le recrutement par simulation, une méthode développée par Pôle Emploi.

En quoi consiste cette méthode ?

Pas de CV, pas d’entretien, avec le recrutement par simulation, les candidats sont évalués lors de tests qui reproduisent des situations réelles en entreprises. Les candidats sont ainsi en situation de démontrer concrètement leur capacité à tenir ce poste. Par exemple, le groupe automobile PSA a testé des candidats en leur demandant de réaliser un montage de roues ! La Poste, elle, a mis au point une sorte de jeu de cartes pour tester la dextérité de ses futurs facteurs à trier le courrier et à le mettre dans la bonne bannette. Une enseigne de la grande distribution a organisé un atelier pâtisserie pour évaluer la capacité de futurs directeurs de supermarché à travailler en équipe !

Quel est l’intérêt de cette méthode ?
Seules les capacités du candidat sont prises en compte. Un candidat qui n’aurait pas le bon profil sur le papier (pas de diplôme ou pas le bon diplôme, un cursus atypique, un manque d’expérience…) n’est pas écarté mais a la possibilité de postuler et de faire valoir réellement ses capacités. Et tous les secteurs d’activité utilisent cette méthode, pas seulement les filières techniques.

Cette méthode est-elle efficace ?
Apparemment, oui. Aujourd’hui, ¼ des candidats qui ont été évalués de cette façon ont trouvé un emploi et surtout, un an après, 70% d’entre eux sont toujours en poste. Alors qu’avec un système de recrutement classique (CV et entretien), seuls 40% des nouveaux embauchés sont toujours en poste 1 an après.
La méthode séduit donc de plus en plus d’entreprises. Selon Pôle emploi, aujourd’hui, 160 000 candidats sont évalués par le système du recrutement par simulation et le chiffre ne cesse d’augmenter. La méthode est utilisée, par exemple, ¼ des recrutements dans le commerce. 



Chronique jardinage : comment prendre soin de ses orchidées ?

Nicolas Brune, jardinier à la Sonofep, donne tous les bons conseils concernant les orchidées. Phaloenopsis, cymbidium, oncidium, dendrobium, cambria, cattleya, miltonia, vanda, vanille… il y a au total plus de 30 000 espèces d’orchidées qui nous viennent des quatre coins du monde. Et si l’orchidée peut paraître délicate et faire peur, il n’en est rien. Il suffit de suivre quelques règles simples pour, d’abord, bien choisir sa plante, puis la bichonner (attention à l’arrosage, pas trop copieux !) et la traiter lorsqu’elle est malade ou touchée par des parasites comme les redoutables cochenilles !

Des astuces pour bien choisir son orchidée ?
Soyez attentif au feuillage, il faut qu’il soit sain et non flétri, et que la plante ne soit pas trop fleurie. Veillez à l’absence de parasite, notamment les cochenilles.
Enfin, si vous débutez, privilégiez une orchidée simple d’entretien comme le phaloenopsis, la plus connue avec ses feuilles en forme de langue.

Une fois notre orchidée à la maison, comment la bichonner ?
Exposition : Choisissez une pièce lumineuse sans soleil direct et éloignez votre orchidée des sources de chaleur, la température idéale étant d’environ 20°C. Si l’atmosphère de votre pièce est sèche, cultivez votre orchidée sur un lit de bille d’argile remplie d’eau.
Arrosage : Arrosez-la tous les 8 à 10 jours de préférence le matin.
Petite astuce : baignez le pot 20 à 30 minutes, puis égouttez pour éviter l’excès d’eau qui provoque la pourriture des racines. Pour les phaloenopsis, attendez que les racines soient blanches / grisâtres avant d’arroser à nouveau.
Engrais : Tous les deux arrosages et idéalement deux jours après l’arrosage pour éviter de bruler les racines. Attention au surdosage.
Rempotage : Rempotez votre orchidée tous les 2-3 ans au printemps, hors période de floraison en utilisant un substrat très léger à base d’écorce de pin. Evitez les mélanges premier prix et surtout pas de terreau.

Que faire quand elle défleurit ?
On coupe la hampe sauf sur les phaloenopsis qui peut refaire des ramifications sur la tige principale. Tant que la tige est verte, pas de précipitation.

Mon orchidée a des cochenilles, comment s’en débarrasser ?
En 3 étapes :
1. Isoler les plantes atteintes
2. Nettoyer à l’eau sous robinet
3. Traiter régulièrement avec savon noir ou produit spécifique cochenilles


On conclut avec le terrarium – présentation incontournable du produit sur le plateau !

La nouveauté du mois : le must pour la culture des orchidées et la décoration de votre intérieur, ce mini terrarium apporte à la plante tout ce dont elle a besoin : automatisation de la lumière, de l’hygrométrie et de la ventilation pour les orchidées et les plantes les plus délicates… et permet de créer un mini jardin tropical à domicile.

© Sonofep
© Sonofep

Chronique sur les femmes célèbres de Bourgogne-Franche-Comté : Anne-Marie Javouhey

Marie-Thérèse Garcin, guide-conférencière, nous conte l’histoire de cette religieuse côte-dorienne qui mena un  combat courageux contre l’esclavage. Née à Jallanges en 1779, Anne-Marie Javouhey fondera en 1812 la congrégation des sœurs de saint-Joseph de Cluny, dont la mission d’éducation est vite repérée à Paris. Cela va amener la congrégation à mettre en place des missions puis des fondations outre-mer. 
En août 1828, Anne-Marie Javouhey part en Guyane pour créer une mission à Mana où elle restera 5 ans. En 1838, convaincue que les Noirs peuvent vivre libre et s’assumer seuls, elle fait libérer 185 esclaves noirs. C’est 10 ans avant la loi sur l’abolition de l’esclavage !

La mission qu'Anne-Marie Javouhey fonda en Guyane
La mission qu'Anne-Marie Javouhey fonda en Guyane

A la Une : l'Yonne Républicaine


Dans notre rubrique consacrée aux médias de la région, Stéphane Vergeade, rédacteur de chef de l’Yonne Républicaine, présentera ce journal d’information quotidienne issu de la Résistance et diffusé sur l’Yonne, le nord de la Nièvre et le sud de la Seine-et-Marne.

Ornans sous les eaux. / © Ornans Arc&Senans
Ornans sous les eaux. / © Ornans Arc&Senans

C'est Votre Tour : les inondations à Ornans (Doubs)

Ornans est sous l'eau depuis le début de semaine. Adrien Gavazzi et l'équipe du C'est Votre Tour sera donc sur place pour voir comment la municipalité tente de gérer la situation et comment les habitants vivent cette inondation due aux fortes pluies de ces derniers jours. La situation devrait toutefois se stabiliser assez rapidement. 
 

Accident mortel dans l'usine Verralia de Chalon