Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h45
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

Violences conjugales et sexistes : la Haute-Saône cherche des solutions... Précisions à 9H50 le matin

En 2015, 5 646 hommes ont été condamnés pour viols et agressions sexuelles. En 2014, 134 femmes sont mortes du fait de ces violences. Dans le cadre des sanctions pénales, certains parquets tentent aussi de responsabiliser leurs auteurs. 

Par C.R.

Aide aux femmes victimes de violences

"Chaque année, 216 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien, ou actuel partenaire (mari, concubin, petit-ami…). Une estimation minimale : l’enquête n’interrogeant que les personnes vivant en ménage, elle ne permet pas d’enregistrer les violences subies par les personnes vivant en collectivité (foyers, centres d’hébergement…), ou sans domicile fixe.
Ce chiffre ne couvre pas l’ensemble des violences au sein du couple, puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives" (source : ministère des Droits des femmes)

Depuis début 2016, à l'initiative du parquet, des stages sont organisés en Haute-Saône pour ces conjoints violents. Ils sont proposés à ceux qui sont condamnés pour la première fois. Des stages de deux jours, payants, visant à responsabiliser ces hommes, à leur faire prendre conscience de la gravité de leurs actes.
Ils représentent une alternative parfois à la prison. La plupart de ceux à qui ils ont été proposés, les ont acceptés.
Reportage avec : Emeline Comte, substitut de la procureure de Vesoul. 
Stages pour les auteurs de violence
La Haute-Saône organise depuis début 2016, des stages pour les conjoints violents. A l'initiative du parquet, ces sessions de responsabilisation accueillent des primo délinquants. - Emmanuel Rivallain, Rémy Poirot

Ces stages existent déjà dans d'autres régions. Le SAFED, qui en est l'un des co-organisateurs, mène également une expérience unique en France avec les auteurs de violence primo-délinquants pour leur éviter l'incarcération : elle leur propose un accompagnement social et psychologique.
Ces conjoints sont éloignés de leur domicile et accueillis dans une structure d'hébergement, où ils sont encadrés et accompagnés. Le dispositif AUVIV encadre aussi les femmes victimes et les enfants.
Les explications d'Élodie Gresset, directrice du Service d'accueil des femmes en difficulté.

Aide aux femmes victimes de violences
Les explications d'Élodie Gresset, directrice du Service d'accueil des femmes en difficulté, invitée de la Matinale du jeudi 12 janvier 2017. - Une émission présentée par Arnaud Lefèvre


Ils sont aussi les invités de la Matinale ce jeudi :


Marc de Burghrave, agriculteur bio à Vaudeurs
Depuis 2008, Eau de Paris, Bio Bourgogne et le Groupement des AgroBiologistes de l'Yonne mènent un programme pour accompagner le développement de l'agriculture biologique, afin protéger la ressource en eau. C'est de ce département en effet, que provient une partie de l'eau que les Parisiens retrouvent au robinet. Un bilan a été fait en décembre 2016, il semble encourageant.

Robin Jacquot, président des étudiants en santé de Dijon.
Le tutorat existe depuis plusieurs années à l'Université de Bourgogne.Il permet aux " première année" d'être parrainés par des étudiants plus âgés. Il a fait ses preuves, notamment en médecine, où il est géré par une association. Les "tuteurs" apportent leur expérience de cette année difficile, ils en expliquent les obstacles scolaires et psychologiques. Des examens blancs sont prévus chaque semaine. C'est un système gratuit contrairement aux cours privés.  

Antoine Ilardo, chargé de communication de l’association des étudiants en santé

 

A lire aussi