Pourquoi chercher plus loin

Retrouvez en replay toutes les émissions de la collection Pourquoi chercher plus loin
Logo de l'émission Pourquoi chercher plus loin

L’Eglise Sainte-Bernadette de Nevers

POURQUOI CHERCHER PLUS LOIN "L'église Sainte-Bernadette" / © André Morin
POURQUOI CHERCHER PLUS LOIN "L'église Sainte-Bernadette" / © André Morin

L’église Ste Bernadette du Banlay à Nevers dans la Nièvre est appelée tendrement ou ironiquement « le blockhaus » par les habitants. Cet édifice, construit dans le quartier Nord de Nevers est classé monument historique depuis 2000.

Par Nathalie Guigon

Revoir l'émission

L’église Ste Bernadette du Banlay, construite en 1966, évoque plus au premier regard les bunkers du mur de l’Atlantique de la seconde guerre mondiale qu’un édifice religieux. Quel est donc le mystère de cette église classée monument historique en 2000, et inscrite en 2005 parmi les joyaux architecturaux du XXe siècle ?

BONUS : Interview "dessinée" de Claude Parent
Ce que vous ne voyez pas dans l'émission !

Bonus : interview Claude Parent

 

Maquette Eglise Saint-Bernadette du Banlay, Nevers, 1963-1966 / © François Lauginie
Maquette Eglise Saint-Bernadette du Banlay, Nevers, 1963-1966 / © François Lauginie


Au premier regard, le spectateur est frappé par la forme massive du bâtiment. Les deux créateurs, l’architecte Claude Parent et le philosophe Paul Virilio, n’ont pas voulu séduire. Ils interpellent, lancent un message. Le film réveille les histoires de béton de cette église hors norme. 

La cinéaste Mireille Hannon est partie à la rencontre de cet édifice. En 26 minutes, le film croise les regards de :

  • l’architecte Claude Parent,
  • le philosophe urbaniste Paul Virilio,
  • l’historien d’art Frédéric Migayrou,
  • le prêtre actuel de la paroisse L’Abbé François Montagnon,
  • les plasticiens Xavier Veilhan et Claude Lévêque,
  • et bien d’autres encore … 
Découvrir l’église Ste Bernadette du Banlay représente une forte expérience sensible. Elle est comme travaillée par la menace d’un irréparable et imminent conflit.

La construction de l'église Saint-Bernadette de Nevers



En 1966, l’église a fait l’objet d’un appel d’offre de la part de l’Eglise. C’était l’époque du renouveau de l’Art sacré. L’évêque de Nevers, Monseigneur Vial et le prêtre de la future paroisse du Banlay, l’Abbé Bourgoin ont choisi le projet utopique de Claude Parent et Paul Virilio. Ce  choix audacieux laisse à la  ville un édifice « ovni », qui deviendra le point d’appui de parcours culturels et de base de réflexions architecturales et urbanistiques d’une grande richesse.

Claude Parent est déjà un architecte reconnu pour la construction de bâtiments remarquables dont la maison Drusch à Versailles avec son cube en équilibre sur une arête et la maison de l’Iran de la Cité Universitaire de Paris.  Paul Virilio n’est pas  encore l’éminent philosophe urbaniste qui analysera les rapports totalitaires et militarisés de la société mondialisée.

Ensemble, ils théorisent l’idée de l’oblique en architecture au sein de l’agence « Architecture principe ». L’église de Nevers est issue de cette collaboration.
 

Claude Parent (2013) : Nevers quand j’en parle, je le compare à un caillou gris jeté sur le sol, venant de loin, presque du ciel (sourire), posé brutalement dans l’histoire.

Claude Parent / ©
Claude Parent / ©

Biographie de Claude Parent :
A l’écart de toute école, de tout mouvement, de tout formalisme, le parcours de l’architecte Claude Parent exprime une forme de marginalité dans laquelle il semble avoir toujours vu la condition nécessaire, bien que non suffisante, de la création architecturale. Création architecturale dont il a pu écrire qu’elle était « la plus belle illusion que l’on puisse proposer aux hommes ». Son activité d’architecte, qui commence en 1953 pour s’arrêter il y a une dizaine d’années seulement.
Cet avant-gardiste quasiment « marginal est aujourd’hui, au cœur des débats architecturaux. Jean Nouvel, dont la carrière a commencé dans l’agence de Claude Parent, lui a dédicacé sa dernière réalisation : la Philharmonie de Paris.
 

Paul Virilio (1997) : Sainte-Bernadette renvoie à la grotte de Lourdes. Espace cryptique qui me rappelait les abris antiaériens que j’avais connus pendant la guerre et les abris antiatomiques. 
En effet, quand l’église de Nevers se construit, on se situe en pleine période, non plus simplement de guerre froide mais d’équilibre de la terreur. Si l’église Ste Bernadette a eu beaucoup de détracteur, c’est à cause de la guerre, on ne voulait pas regarder ce qui s’était passé.. Il fallait aller de l’avant à tout pris. Tout était là pour bloquer l’imagination.

Paul Virilio / ©
Paul Virilio / ©

Biographie de Paul Virilio
Le philosophe urbaniste Paul Virilio dit avoir éprouvé pour la première fois ce qu'un jour il appellera l'« esthétique de la disparition » pendant la guerre quand il était enfant avec la Blitzkrieg de 1940 et les bombardements de Nantes. La paix rétablie, il découvre sur les plages de l'Atlantique les blockhaus, ces puissantes architectures en attente face au vide et à l'horizon et, dès lors, il s'intéresse au paysage de la guerre. Il crée en 1963 avec Claude Parent le groupe Architecture principe, qui décrète la fin de l'horizontal et de l'angle droit et défend la « fonction oblique » dans laquelle le corps se mouvrait dans l'instabilité et l'équilibre dynamique.

Pour aller plus loin :

Le site de la ville de Nevers
La vie de Sainte-Bernadette
Le CAUE de la Nièvre
Le FRAC Centre
Claude Parent
Paul Virilio

 

Prévention de l'obésité dans l'Yonne