A Etupes, petite commune du Doubs, le ras-le-bol contre l'Etat

© SIMON DAVAL / MAXPPP
© SIMON DAVAL / MAXPPP

80 000 € : c'est ce que perd chaque année la commune depuis la création d'une gendarmerie il y a bientôt dix ans. En cause : des loyers trop faibles versés par l'Etat. Les élus fourbissent leurs armes.

Par Adrien Gavazzi

Pour le maire d'Etupes, commune du Doubs de près de 4 000 habitants, le calcul est vite fait :

500 000 € (le prêt qu'il rembourse chaque année depuis l'acquisition d'une gendarmerie) - 422 000 € (ce que l'Etat lui verse comme loyer pour y loger les gendarmes) = 78 000 € de pertes sèches par an. La situation dure depuis bientôt dix ans, et pourrait empirer : le loyer va encore diminuer à partir du mois de mars. 

Pour l'équipe municipale, trop c'est trop : impossible de concrétiser le moindre projet sur la commune, faute d'argent dans les caisses. Les élus demandent à l'Etat de prendre ses responsabilités. Ils envisagent de créer un collectif auquel pourraient adhérer d'autres communes, concernées par le même problème. 

A Etupes, le ras-le-bol contre l'Etat
Avec Marianne Cavazzoni, première adjointe au maire d'Etupes ; Philippe Claudel, maire DVG d'Etupes. Reportage de Vanessa Hirson et Maxime Meuneveaux.

 

Sur le même sujet

Gueugnon : l’usine Aperam mise en demeure pour des rejets polluants illégaux

Les + Lus