NATURE : Après le 15 mars, il est conseillé de ne plus tailler les haies pour permettre aux oiseaux de nicher

Jusqu'au 31 juillet, il est demandé aux particuliers et aux agriculteurs de ne pas tailler leurs haies afin de préserver la biodiversité. Beaucoup d'oiseaux utilisent ces massifs végétalisés pour cacher les nids. Un geste primordial pour la sauvegarde des espèces. 

© Frédéric Cirou - Maxppp

Une législation européenne nécessaire 


Ce sont pas moins de 421 millions d'oiseaux qui ont disparu durant ces trente dernières années en Europe. Il était donc important de réagir pour les autorités politiques. 

Ainsi, le règlement du Parlement européen du 17 décembre 2013 impose aux Etats membres de prendre une mesure sur "l'interdiction de tailler les haies et les arbres durant la période de reproduction et de nidification des oiseaux". Les agriculteurs via la politique agricole commune (PAC) sont obligés de suivre cette directive à partir du 1er avril 2021. Pour les particuliers, à partir du 15 mars c'est une pratique non-obligatoire, mais vivement conseillée afin de préserver les espèces ornithologiques. Les passereaux par exemple sont mis à mal par l'agriculture intensive, les insecticides et les chats domestiques dans les villes, il est très important de leur offrir les meilleures conditions pour se reproduire. 

Le Chardonneret élégant qui niche dans les haies est fortement menacé par l'agriculture intensive.
Le Chardonneret élégant qui niche dans les haies est fortement menacé par l'agriculture intensive. © Christian Watier - Maxppp

Un refuge pour la biodiversité


Les haies sont le refuge de nombreuses espèces animales. Parmi elles, on peut citer les oiseaux et chauve-souris insectivores, les rapaces carnivores, les reptiles, les araignées, les insectes phytophages qui vont contribuer à réguler par les populations de ravageurs (pucerons, campagnols…). C'est donc un atout pour la nature et le monde agricole. Pourtant, durant le 20e siècle, la mécanisation de l'agriculture va entraîner la destruction de nombreuses haies et talus. À cela, s'ajoute l'utilisation massive de pesticides.

Selon Pierre Cheveau, chargé de mission à la LPO de Bourgogne-Franche-Comté, cette volonté de redonner aux haies leur rôle premier est primordiale. "Nous savons tous que la population de passereaux a beaucoup souffert depuis un demi-siècle. Il convient de tout faire pour leur laisser les capacités de se reproduire en toute tranquillité. Si quelqu'un taille une haie alors qu'un oiseau y a fait son nid, c'est un dérangement qui peut avoir des conséquences très néfastes. L'oiseau peut fuir pour reconstruire un nid ailleurs avec une dépense d'énergie qui risque de le fragiliser. Pire encore, si le couple avait des petits, cela peut se solder par l'abandon et la mort de la nichée".
 

Quels sont les oiseaux qui nichent dans les haies ?


Les espèces animales que l’on peut observer dans les haies et talus sont nombreuses. Parmi les oiseaux nichant et se nourrissant dans la haie, on peut voir, selon Pierre Cheveau, plusieurs espèces importantes et surtout protégées. "Nous pouvons retrouver le chardonneret élégant, le rouge-gorge, le verdier d'Europe, le pinson des arbres, coucou gris par exemple. Seul le merle noir que tout le monde connaît ne fait pas partie des oiseaux protégés. Mais la haie est aussi un lieu où des insectes, des amphibiens des reptiles et des petits mammifères vont se réfugier. Nous sommes donc en présence d'un écosystème d'une grande importance pour la biodiversité".

Le verdier d'Europe
Le verdier d'Europe © Michel Dutillon
Le pinson des arbres
Le pinson des arbres © Michel Dutillon
Le chardonneret élégant
Le chardonneret élégant © Michel Dutillon

Les conseils de la Ligue pour la Protection des Oiseaux

Afin de préserver la faune qui cohabite dans les haies, il est conseillé de les tailler durant l'hiver avant la montée de sève. Il n'y aura ainsi aucun dérangement au retour des beaux jours. "Nous demandons aussi aux jardiniers de laisser une bande d'un mètre le long des haies où l'herbe pourra pousser à loisir et servir de barrière protectrice. Cet ourlet pourra accueillir des mammifères, des reptiles et amphibiens et pourra également être taillée l'hiver" nous explique Pierre Cheveau.

Du 15 mars au 31 juillet, il est demandé aux particuliers de ne plus tailler les haies et les arbres afin de favoriser la nidification des oiseaux. A partir du 1er avril, les agriculteurs font face quant à eux à une interdiction formelle promulguées par une directive européenne et s'exposent à des sanctions.
Du 15 mars au 31 juillet, il est demandé aux particuliers de ne plus tailler les haies et les arbres afin de favoriser la nidification des oiseaux. A partir du 1er avril, les agriculteurs font face quant à eux à une interdiction formelle promulguées par une directive européenne et s'exposent à des sanctions. © Philippe Turpin - Maxppp

La LPO rappelle que la destruction du nid d'un oiseau protégé est sévèrement réprimandée. Une amende de 150.000 euros ainsi qu'une peine de prison peut être prononcée par un tribunal. Il est donc très important de prendre ses dispositions avant le 15 mars et de tout mettre en place afin que l'on puisse entendre à nouveau les plus beaux chants de passeraux dans nos campagnes et nos villes. 

En plus d'un habitat végétalisé, pour pouvez également faire l'acquisition de nichoirs à disposer dans vos jardins qui feront le bonheur d'oiseaux cavernicoles comme les mésanges, moineaux, sitelles torchepot et étourneaux.

Troglodyte mignon dans son nichoir
Troglodyte mignon dans son nichoir © Maxppp

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
naturae nature jardins agriculture économie