Gilley : une page se tourne pour la station de ski des clochettes

La petite station de ski de Gilley a perdu une partie de son âme cet été. / © France 3 Franche-Comté
La petite station de ski de Gilley a perdu une partie de son âme cet été. / © France 3 Franche-Comté

Gérard Chabod a oeuvré des décennies sur la montagne de Gilley, pour faire vivre la petite station familiale. Mais fin juillet la maladie l’a emporté, condamnant en même temps à une fermeture pour la saison à venir des pistes de skis Alpin les plus proches de Besançon.
 

Par Franck Ménestret

Une « station » familiale et de proximité


« Les clochettes » c’était un seul téléski que Gérard Chabod était allé acheter en Italie et qu’il entretenait scrupuleusement. À partir de l’arrivée de ce « tire-fesse » à l’ancienne, deux pistes permettaient de s’adonner aux plaisirs de la glisse. Une piste très facile, passant par un morceau de forêt et qui contournait « le mur ». Ce mur, c’était l’autre alternative pour les skieurs avertis. Court, une vingtaine de mètres mais très pentu et pas toujours très enneigé.
Mais qu’il s’agisse de skieurs expérimentés ou non, « les clochettes », c’était la station familiale par excellence. Nombre d’enfants de la périphérie Bisontine y ont appris le ski Alpin et usé leurs premières paires de moufles.

Situées à 40 minutes de Besançon, les deux pistes constituaient une bonne alternative pour les familles du secteur qui souhaitaient prendre un bol d’air frais le week-end, sans risquer de rester bloquées des heures dans le bouchon de Pontarlier au retour d’une journée à Métabief. Des pistes sans prétention ultra-sportives, mais avec une ambiance familiale souvent très appréciée.
 

Gérard Chabod, personnage incontournable


C’était lui le pilier des « clochettes ». Agriculteur, il a longtemps œuvré sur les deux tableaux. À l’aube, avec la traite des vaches et dans la foulée, en hiver il partait damer les pistes. Avec les moyens du bord. Dans les premières années de l’ouverture de ses pistes il avait même failli y laisser sa peau. Pour damer, il descendait à ski, traînant derrière lui, d’énormes rouleaux métalliques de plus de 100 kilos. Et une fois il a chuté, heureusement sans être heurté par les rouleaux. Plus tard il va perfectionner le système et ne va pas hésiter à couper en deux une DS Citroën, pour y adjoindre des chenilles… la première dameuse motorisée de la station était née.

Ce n’est pas sa dameuse, mais la maladie qui a emporté Gérard. Il était le personnage central de la station. Tantôt au téléski, parfois à la distribution des skis et à la caisse. Mais ce qu’il préférait c’était surtout les « afters ». À la fermeture des pistes, il prenait toujours un grand  plaisir à s’attabler avec ses amis. Parce qu’il y avait le ski, sa structure à faire tourner, mais aussi ces grands moments de convivialité, partagés autour d’un morceau de comté, de saucisse de Morteau et de bons produits du Saugeais. Gérard était un homme entier qui ne laissait pas facilement du monde s’asseoir à sa table. J’ai eu cette chance.

Avec son départ fin juillet, c’est aussi la station des clochettes qui perd une partie de son âme. Bernadette, son épouse, ne pourra gérer seule la petite station, en tout cas pour la saison qui arrive. Une page se tourne. Une jolie page, pleine de partage, de plaisir et d’humanité. Merci à Gérard, à Bernadette, à sa famille et ses amis pour tous les bons moments vécus aux clochettes. Restent les souvenirs, les photos et quelques reportages inoubliables.
 
La station de ski les clochettes à Gilley : Grand Direct du 12/13
Les invités des Directs du 15/12 en 2014 : Gérard Chabot, agriculteur en retraite Michel Fouquet, retraité Denise Bole-Rochard, retraitée Gilbert Pourcelot, retraité Un Direct présenté par Franck Menestret depuis Gilley lundi 15 décembre sur France 3 Bourgogne et Franche-Comté

Sur le même sujet

Les + Lus