Et le grand tétras, toujours dans la course ?

Deux ans après la cacophonie de l'édition 2011, skieurs et grand tétras semblent réconciliés. 

Un grand tétras immortalisé par le photographe jurassien Claude Le Pennec
Un grand tétras immortalisé par le photographe jurassien Claude Le Pennec © Claude Le Pennec
Février 2011, la Transjurassienne a du plomb dans l'aile. Souvenez-vous, la course est à deux doigts d'être annulée.
Peu de neige cette année là. Les organisateurs prévoient un parcours de repli qui passe par la zone de protection classée "biotope" du grand tétras. C'est le clash. Un massacre. Politique. Sportif. Les skieurs sont désabusés. Les écologistes passent pour des empêcheurs de skier en rond. Le massif laisse une image de chaos.

Deux ans après, la sagesse semble être de retour. Le dialogue est renoué. Organisateurs, Parc Naturel du Haut-Jura, services de l'état et écologistes se sont mis autour de la table. Pour le groupe "Grand Tétras Jura" le dossier environnemental de la Transjurassienne est aujourd'hui exemplaire.  A tel point que l'association estime ce week-end de course plus protecteur pour le coq de bruyère qu'un classique week-end de ski de février. 


Des mesures compensatoires pour le grand tétras 

Les 9 et 10 février, la cohabitation entre skieurs et grand tétras sera tout de même sous surveillance. Plusieurs zones comme les forêts du Risoux et du Risol seront interdites d'accès au public. Des plaquettes d'information seront distribuées aux transjurassiens dès samedi à Morez au salon du nordique. Même en langue anglaise. Des panneaux d'information seront apposés par les bénévoles sur la course. 

Pour Anaïs Mottet, chargée de mission au groupe tétras Jura, "personne n'a gagné de la polémique d'il y a deux ans". 
Jean-Claude Dalloz, président de Trans'organisation se félicite du dialogue renoué. "On a vécu de mauvaises années, pas bonnes pour l'image. On nous a poussé à l'affrontement. Tout s'est apaisé. On a retrouvé une stabilité, et c'est comme ça qu'on avancera pour l'image du ski et de notre région" a t-il déclaré à la conférence de presse du tracé 2013.


Des bénévoles de la Transjurassienne présents aux opérations de comptage

Preuve que les esprits sont calmés. Le groupe tétras Jura procédera en juillet prochain à des opérations de comptage de l'oiseau dans les forêts du massif jurassien. Il annonce que des bénévoles, des salariés de Trans'Organisation y participeront. 


Et reste l'humour 

Cocorico. En 2013, le grand tétras devrait malgré tout encore entendre siffler ses oreilles. Chez les amoureux du ski, les recettes de cuisine du coq de bruyère continuent à circuler. Mieux vaut en rire. C'est du passé. Espérons le. 

Ecoutez le chant du grand tétras

Ecoutez le chant du grand tétras



La population de grand tétras
Selon le groupe tétras Jura, ils seraient côté français 340 individus de Bellegarde à Pontarlier. Sur le massif du Jura côté suisse, la population est estimée à 160 coqs de bruyère.

C'est le plus gros gallinacé habitant les forêts de conifères de montagnes.Le Ministère de l'Écologie a lancé en 2009 une stratégie nationale de conservation de l'animal.

Découvrez le grand tétras avec le photographe jurassien Claude Le Pennec - DIAPORAMA
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transjurassienne ski environnement