• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Les haies, un atout pour l'environnement expliqué à Chargey-les-Gray

Agriculteurs et élus étaient invités ce mardi à participer à une journée d'information sur les intérêts agronomique et biologique d'une haie en milieu rural. Une série de conférences et un exercice sur le terrain organisés dans le cadre du programme Agrifaune. 

Par Florence Cicolella

Protection contre la pluie et le vent pour le bétail, réserve de biodiversité, la haie est un atout pour les éleveurs, chasseurs et...les protecteurs de l'environnement. Un rempart naturel, arraché systématiquement il y a quelques décennies et qui renaît sur les terres où les publics ont été sensibilisés. 

Voilà pourquoi la Maison familiale et rurale de Chargey-les-Gray accueillait ce mardi 15 novembre différentes conférences sur la protection des haies. Le titre : "Haie pourquoi pas !".  On pouvait y apprendre qu'en plus de cacher du petit gibier et des rapaces, les arbustes de bocage sont un lieu de refuge, passage et de ressources alimentaires pour les auxiliaires de cultures, insectes pollinisateurs et carabes. C’est un réservoir de biodiversité. Les ateliers expliquaient ensuite les démarches à mener pour déplacer une haie ou en planter une nouvelle. Démonstration était faite à Vars, chez un exploitant bio, bèches et fourches à la main. 200 plants sont désormais en terre.
Démonstration de plantation de haie à Vars.
Agriculteurs, chasseurs, et protecteurs de l'environnement ont installé 200 plants sur une exploitation bio haut-saônoise. Avec Hubert Girardot, paysan céréalier cultures bio - Alexandre Jeunet, étudiant BTS paysagiste première année - Ludovic Bonnot, directeur de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage Reportage de Maxime Villirillo et Tassilo Holz


Le programme Agrifaune rassemble les acteurs des mondes agricole et cynégétique (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Fédération Départementale des Chasseurs 70, Chambre d’Agriculture de Haute-Saône et FDSEA). Il contribue depuis 2006 au développement de
pratiques agricoles favorables à la biodiversité en milieu rural. Il finance, entre autres, la plantation de nouvelles haies en choisissant des essences appropriées au terroir. 

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus