"Passage à l’acte" : un projet de création musicale pour valoriser des jeunes en difficulté

Publié le

Sur plusieurs semaines, un groupe d’adolescents en difficultés scolaire, familiale et psychologique et quatre musiciens du groupe de rock alternatif Bancal Chéri mettent leur créativité au diapason en inventant ensemble, à partir d’une feuille blanche, un album, un CD, un clip et un concert en public.

Comment jouer sa propre partition dans une enfance pleine de fausses notes ? Comment trouver, grâce à la musique, le chemin d’une écoute ? Comment ouvrir un champ des possibles à des enfants désaccordés ?

La réponse se vit à l’ITEP (Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique) Leconte de Lisle de Luxeuil-les-Bains, en Haute-Saône. C’est dans ce type d’établissements médicaux-sociaux que sont pris en charge des jeunes en grande fragilité, souffrant de troubles psychologiques et de comportements qui les rendent inadaptés aux structures traditionnelles.

Ces enfants ont des difficultés avec la relation aux autres et ont du mal avec les contraintes… Quand ils ont des frustrations, ils "montent dans les tours" et ont des réactions incontrôlables

Julien Baudement, chef de service - ITEP Leconte de Lisle

"Passage à l'acte", concrétisation d'une pensée positive

Le terme de "passage à l’acte" impose le plus généralement une connotation négative, celle de l’attaque du cadre de façon violente. Le passage à l’acte est alors le résultat de l’impossibilité pour les enfants et adolescents de mettre des mots sur leur ressenti.
Faute de mots, la violence parle, et les maux restent en échecs. Le choix de ce titre pour le projet ne relève pas d’une provocation sémantique. Il renverse les attendus, déjoue les attentes : passage à l’acte correspond ici à la concrétisation, en actions, d‘une pensée positive. 

Passer à l’acte, ce n’est pas que négatif !

Laurent Quilès, directeur ITEP Leconte de Lisle

Chaque année,  au sein de l’ITEP de Luxeuil-les-Bains, le projet "Passage à l’acte" permet à ces enfants, le temps d’un atelier de création de chansons, de devenir les auteurs et compositeurs de leurs propres histoires.
"L’intérêt de ce projet est de créer un décalage entre ce que les jeunes connaissent et quelque chose de nouveau. Dépasser ce dont ils ont l’habitude pour aller découvrir de nouveaux horizons" précise Amélie Thomas éducatrice et créatrice du projet "Passage à l’acte".

D’abord, il y a Matthéo (le grand), Matthéo (le petit), Noah, Théo, Kylian, Lorenzo et Mathys. Sept enfants et adolescents, âgés de 10 et 14 ans, originaires de la région Bourgogne-Franche Comté. Tous sont pensionnaires de l’ITEP de Luxeuil-les-Bains. Et tous, derrière l’apparence banale de mômes d’aujourd’hui, cachent des séquelles comportementales qui les rendent incasables et d’une certaine manière inclassables dans les structures sociales et pédagogiques habituelles.  

Ensuite, il y a Nicolas, Roland, Dimoné et Mathias, musiciens et chanteurs de Bancal Chéri, groupe rock majeur de la scène alternative française. Quatre talentueux doux-dingues, quinquas à l’énergie communicative, portés par l’inventivité créative et le désir de la transmission. Les quatre musiciens, ont déjà participé à titre individuel à ce projet. Ils reviennent "en force" pour cette nouvelle session avec professionnalisme et bienveillance.

Ils ont vraiment pris en compte chaque gamin, leurs difficultés, leurs potentiels.

Marie Knecth, animatrice - ITEP Leconte de Lisle

Créer, c'est pouvoir faire

Ce pouvoir faire est un super pouvoir ! Il rend concret, dans l’instant, ce qui peut n’apparaître a priori que comme un vieux rêve ou une lubie : écrire une chanson, jouer d’un instrument, se produire sur scène.
Ensemble ils vont élaborer leur "Passage à l’acte" en 3 temps : écriture de chansons, enregistrement et interprétation sur scène à l’occasion d’un concert exceptionnel. C’est cela d’abord que les enfants apprennent : avoir confiance dans la possibilité d’exprimer leur propre univers.
Tous vont apprendre à écrire, bouger, chanter, danser et se métamorphoser. Pour se tourner vers les autres, communiquer leurs émotions, produire de la culture et inverser ainsi le phénomène de l’exclusion. Une communion par la musique et le chant qui est aussi un contre-champ à la stigmatisation et à l’isolement.  

Les séances ne sont pas de tout repos et la présence des éducateurs est régulièrement nécessaire pour apaiser les tensions qui se créent entre les jeunes. "Souvent les gamins d’ITEP ont une "étiquette". Avec le groupe Bancal Chéri, ça ne se ressent pas. Ce n’est pas comme dans le système scolaire où ils sont la cible. Là, au contraire ils sont au centre et de façon positive - Marie Knecth, animatrice - ITEP Leconte de Lisle.

Il n’est pas toujours facile de travailler et de composer avec les susceptibilités de chacun ! Certaines séances d’enregistrement se soldent par le départ d’un jeune, heurté dans son amour propre, par une réflexion anodine de l’un des musiciens.

Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si intense. La première semaine ça a été un peu cataclysmique ! Il a fallu que je me fasse à l’idée que je ne pourrai pas les sauver et ça m’a arraché le cœur !

Imbert Imbert du groupe Bancal Chéri

D’autres épatent les professionnels lors de ces séances par leur présence, leur patience et leur investissement dans ce projet. "L’idée ce n’est pas de les faire chanter comme Ray Charles parce nous-même, on ne sait pas le faire !" ajoute Nicolas Jules.

L’écriture des chansons est un passage difficile pour ces jeunes cassés par la vie. Patiemment, chaque membre du groupe Bancal Chéri accompagne les adolescents dans cette aventure créative. Ecrire une chanson, c’est un cheminement, presque un parcours initiatique pour ces jeunes. Sans chercher à l’analyser, le psychanalyser, on entend bien que quelque chose de leur intimité se dit à travers leurs chansons.

C’est très poétique ce qu’ils écrivent…je suis bluffé à chaque fois !

Laurent Quilès, directeur ITEP Leconte de Lisle

La voix commune s’invente aussi dans le respect de certaines règles. Apprendre à tenir une guitare, à respecter un tempo, à placer sa voix, écouter l’autre... Tous ces petits exercices, extrêmement exigeants en termes d’attention, sont autant d’épreuves. Des moments de concentration intenses qui participent au travail mis en place dans l’ITEP par l’équipe éducative.  

Le projet "Passage à l’acte" témoigne que certaines initiatives humaines et artistiques ont le pouvoir de tirer les gens vers le haut, de leur ouvrir de nouveaux horizons et de les inciter à écrire une autre partition que celle composée, pour eux, par la fatalité de leurs origines, de leurs difficultés familiales et des violences dont ils ont été victimes.

David Vallet, le réalisateur de ce documentaire, intervient chaque année au sein de ce projet pour réaliser le clip musical. Une intervention qui se situe sur les derniers jours du projet. Porté par le sentiment de frustration de ne pas vivre pleinement cette aventure du début à la fin, il décide donc lui aussi, de passer à l’acte avec ce documentaire !

"Passage à l’acte" est un film choral, qui raconte et donne à voir, entre paroles et musiques, la parenthèse enchantée et le précieux miracle d’une harmonie...

"Passage à l’acte", un film réalisé par David Vallet
Production Keren production, en coproduction avec Télé Bocal et avec la participation de France Télévisions

Diffusion jeudi 12 mai à 23h40 et lundi 16 mai à 9h50.

A retrouver en replay pendant 1 mois sur France.tv