VIDEO. “Une paire de lunettes, ça coûte cher”, une unité mobile d’ophtalmologie va en milieu rural à la rencontre des personnes précaires

Publié le
Écrit par Sophie Courageot .

Éliminer le "mal voir" dans le monde. C’est la mission de ce camion mobile qui sillonne la France. En Haute-Saône pendant trois jours, une centaine de personnes n’ayant pas les moyens de s’occuper de leur vue, ont pu rencontrer gratuitement un ophtalmologue.

Ce matin, Aurélien est venu consulter. Ce jeune homme rencontre l’ophtalmologue itinérant de l’unité mobile d’un géant de l’optique Essilor - OneSight. “Je n’avais pas vu un ophtalmo depuis une dizaine d’années. C’est compliqué de trouver un rendez-vous. Ils ne prennent pas de nouveaux patients. Et puis faire 50 km pour voir un ophtalmo, ce n’est pas possible pour moi, pas de permis de conduire” nous explique le jeune homme.

A la suite de son examen, il repart avec une prescription de lunettes, et les bonnes corrections. Dans trois semaines, il recevra le tout. Gratuitement.

En Haute-Saône, c'est l'association haut-saônoise de sauvegarde de l'enfant à l'adulte (AHSSEA) qui a fait venir ce camion mobile existant depuis 2019. Il va pouvoir durant trois jours recevoir 150 à 160 personnes. “Un ophtalmo à proximité, c’est appréciable pour nos publics en difficulté pour qui c’est encore plus difficile d'accéder aux soins” explique Gilles Valladont, directeur de l’association interviewé par notre journaliste Lucie Thiery. Les personnes venues consulter ont différents profils, demandeurs d’asile, enfants de la protection de l’enfance, femmes en difficulté, adultes handicapés qui souvent renoncent aux soins.

Dans le petit camion et la salle attenante mise à disposition ce jour-là sur la commune de Frotey-les-Lure, on se croirait dans un cabinet d’ophtalmologiste de ville. “Si après examens, les personnes n’ont pas de problème de vue, on leur offre une paire de lunettes solaires pour les sensibiliser aux dangers du soleil. S’il y a un problème de vue, c’est l'ophtalmologiste qui va pouvoir détecter des pathologies éventuelles comme le glaucome ou la cataracte” détaille Pascale Mutel, coordinatrice de l'unité mobile santé visuelle de la fondation OneSight. Repartir avec des lunettes est très apprécié par ses publics en difficulté, qui retrouvent ainsi le sourire. “Les personnes que nous recevons n’ont pas accès aux soins, pas de mutuelle, de complémentaire, pas de papiers” complète la volontaire.

Une fracture sanitaire en France sur l’accès aux soins de santé

En France, selon une étude de l’association UFC-Que Choisir publiée en novembre 2022, la France souffre d’une véritable fracture sanitaire avec des territoires où il est trop souvent difficile de trouver un médecin, un gynécologue, ou un ophtalmologiste notamment en milieu rural. La ville de Vesoul est par exemple sous-dotée en pédiatrie. À Gray, ce sont les ophtalmologues et les gynécologues qui manquent cruellement. À Luxeuil-les-Bains, si le nombre de gynécologues est inférieur à la moyenne, l’étude d’UFC-Que choisir relève un désert médical pour les pédiatres et les ophtalmologues. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité